Comédies : Résumé du livre

4

8 avis

Georges-Victor Courteline Comédies Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Dominique Coutant (rédacteur).

Description du résumé sur Comédies

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Comédies écrit par Georges-Victor Courteline. A télécharger rapidement !

Le recueil étudié ici regroupe plusieurs petites pièces de Courteline. La courte pièce La peur des coups est créée en 1895. Elle met en scène un couple de bourgeois qui se dispute violemment : Madame reproche à Monsieur sa couardise. Il use en effet de nombreux prétextes pour ne pas rencontrer l'homme qui a courtisé sa femme au cours d'un bal. Représentée pour la première fois en 1898, Les Boulingrin, pièce au rythme trépidant, voit le pique-assiette Des Rillettes propulsé au cœur des querelles de l'infâme couple Boulingrin chez lequel il comptait s'incruster. Enfin, La paix chez soi, créée en 1903, met en scène une discussion animée entre un mari, auteur de feuilletons populaires, et sa femme qui lui réclame de l'argent.

Pour en savoir plus sur le livre Comédies, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Comédies"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Comédies de Courteline, dont voici un extrait :« Elle et Lui rentrent d’un bal. Ils sont tous deux très irrités et se chamaillent pour des riens. Il s’assied près du guéridon. La dispute éclate enfin : « Je sais ce que tu vas me dire : je me suis fait peloter » (p. 10), dit-elle. Prévoyant alors les reproches et les gestes qu’elle subit apparemment après chaque bal, elle pose un vase, déjà ébréché lors d’une précédente querelle, à côté de Lui. Il le jette à travers la pièce et accuse effectivement sa femme de s’être laissée courtiser par un officier. Elle lui reproche sa couardise : pourquoi ne pas avoir évincé l’importun ? Sans doute en raison de « la peur des coups » (p. 14), avance-t-elle. Vexé, il rappelle à sa femme qu’il a eu le courage de renvoyer onze bonnes et commence une lettre de menaces au militaire séducteur, dont il connait le régiment. Mais lorsqu’elle tend la main pour prendre la lettre et la faire poster, il dit préférer le faire lui-même plus tard et ajoute qu’il va de ce pas botter le train du séducteur. »Découvrez la suite dans le document.