Meursault, contre-enquête : Résumé du livre

4

5 avis

Kamel Daoud Meursault, contre-enquête Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Éléonore Quinaux (rédacteur).

Description du résumé sur Meursault, contre-enquête

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Meursault, contre-enquête écrit par Kamel Daoud. A télécharger rapidement !

Meursault, contre-enquête est le premier roman de Kamel Daoud. Prix Goncourt du premier roman en 2015, ce récit, directement inspiré de L’Étranger de Camus, décide d’aborder un autre point de vue : celui de l’Arabe tué par Meursault, le protagoniste de l’oeuvre camusienne. L’écrivain cède la parole à un nouveau narrateur, Haroun, frère du défunt, qui cherche un sens à cette dépersonnalisation de la victime chez Camus.


Au lendemain du « printemps arabe », il souhaite que ses concitoyens – au même titre que tout lecteur – prennent conscience des nouveaux enjeux qu’implique la reconstruc¬tion d’un pays : améliorer la situation du peuple, marquer son autonomie face aux puissances mondiales, se détacher de toute idéologie freinant les valeurs révolutionnaires et, surtout, ne pas mêler politique et dogmes religieux.

Pour en savoir plus sur le livre Meursault, contre-enquête, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Meursault, contre-enquête"

Ce document propose un résumé clair et détaillé du roman Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud, dont voici un extrait :

« Haroun Ouled El- Assasse évoque, de longues années après les faits, l’assassinat de son frère Moussa par un Français prénommé Meursault, sur une plage d’Alger en 1945. La famille du défunt ignore toujours la raison de cet acte. Mais ce qui horripile le plus Haroun, ce ne sont pas tellement toutes ces questions restées sans réponses, sinon l’écriture concise de l’ouvrage publié par l’assassin, L’Autre, qui ne laisse aucune trace de son frère. Roman remis entre ses mains dans les années soixante par Meriem, une doctorante, alors que sa mère et lui en ignoraient la parution, sa lecture est un choc. »