Éric Zemmour

Biographie de Éric Zemmour

Éric Zemmour est né le 31 aout 1958 à Montreuil (France). Diplômé en sciences politiques, il commence à travailler comme journaliste politique au Quotidien de Paris en 1986. En 1991, il passe comme éditorialiste à Info-Matin. C’est en 1996 que commence la longue histoire qui l’unit au Figaro. Parallèlement à son travail de journaliste politique, il est également pigiste pour Marianne (1997) et Valeurs actuelles (1999). En 2009, il quitte le Figaro pour le Figaro magazine où il tient une place de chroniqueur. Pas seulement rédacteur sur papier, l’auteur participe également à plusieurs programmes télévisés, tels que Ça se dispute sur I-Télé (Canal+) et On n’est pas couché sur France 2, durant lesquels il enflamme régulièrement le plateau avec des débats polémiques. Connu pour ses prises de position politiques à l’égard des femmes, des homosexuels et de l’immigration, Zemmour n’a que peu d’amis et se retrouve plus d’une fois au tribunal, notamment pour des propos à caractère racial.

En plus de ces activités professionnelles, il est également écrivain et publie des romans et essais qui traitent directement de ses valeurs controversées. Il publie notamment en 1995 un essai intitulé Balladur, immobile à grands pas qui traite d’Édouard Balladur (né en 1929), le roman Petit Frère (2008), Mélancolie française (2010) qui remporte le prix du livre incorrect, et Le Suicide français (2014), qui est un énorme succès en librairie.

De ses valeurs, on peut noter sa vive opposition à l’immigration, son intérêt pour la race humaine, son désaccord avec l’antiracisme, son rejet du féminisme, sa sensibilité gaulliste de droite, son amour de la vraie France, etc.

Citations de Éric Zemmour

  • « Il y a quarante ans, de Gaulle était le père de la nation, et Daniel Cohn-Bendit, un joyeux rebelle. Aujourd’hui, de Gaulle est l’homme qui dit non, et Cohn-Bendit, l’icône de la nation. » (Le Suicide français)
  • « La France se meurt, la France est morte. Nos élites politiques, économiques, administratives, médiatiques, intellectuelles, artistiques crachent sur sa tombe et piétinent son cadavre fumant. Elles en tirent gratification sociale et financière. Toutes observent, goguenardes et faussement affectées, la France qu’on abat ; et écrivent d’un air las et dédaigneux, « les dernières pages de l’Histoire de France ». (Le Suicide français)
  • « La touche ultime d’un projet authentiquement révolutionnaire de fabrication frankesteinienne d’un homme sans racines ni races, sans frontières ni pays, sans sexe ni identité. Un citoyen du monde métissé et asexué. Un homme hors sol. » (Le Premier Sexe)
  • « Le raciste hiérarchise les individus en fonction de leur race ; le Français pense que tout étranger, quelles que soient son origine, sa race, sa religion, peut accéder au nirvana de la civilisation française. Attitude un brin arrogante, xénophobe même, mais aucunement raciste. Le raciste, à l’instar de l’Anglais, considère qu’un Indien, malgré tous ses efforts, ne parviendra jamais à parler avec l’accent d’Oxford. » (Mélancolie française)
  • « Jusqu’à preuve du contraire, si un seul homme affirme que la Terre tourne autour du Soleil, alors que tous les autres savants disent le contraire, c’est quand même l’homme seul qui aura raison. » (Z comme Zemmour)
Voir une image de l'auteur