La vie est facile, ne t'inquiète pas : Résumé du livre

5

1 avis

Agnès Martin-Lugand La vie est facile, ne t'inquiète pas Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Ludivine Auneau (rédacteur).

Description du résumé sur La vie est facile, ne t'inquiète pas

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre La vie est facile, ne t'inquiète pas écrit par Agnès Martin-Lugand. A télécharger rapidement !

La vie est facile, ne t’inquiète pas met en scène le personnage de Diane, l’héroïne du roman paru deux ans plus tôt Les gens heureux lisent et boivent du café. Suite à la mort accidentelle de son mari et de sa fille, Diane était partie quelque temps en Irlande pour fuir son quotidien empli du souvenir des défunts. Elle y connait une histoire d’amour tumultueuse avec un homme du nom d’Edward.

À son retour en France, avec l’aide de son ami Félix, elle s’investit pleinement dans son café littéraire où elle rencontre Olivier. Cet homme doux et compréhensif va lui apporter l’équilibre dont elle a besoin, jusqu’au jour où Edward refait surface dans sa vie, ébranlant toutes ses certitudes.

Pour en savoir plus sur le livre La vie est facile, ne t'inquiète pas, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "La vie est facile, ne t'inquiète pas"

Ce document propose un résumé clair et détaillé du roman La vie est facile, ne t'inquiète pas d'Agnès Martin-Lugand, dont voici un extrait :

« Après la mort de son mari, Colin, et de sa fille, Clara, Diane a passé un long séjour en Irlande pour se reconstruire et est revenue apaisée de son voyage. Dans le petit village de Mulranny, elle avait renoué avec la vie et avec l’amour auprès d’Edward. N’étant à l’époque pas encore prête à s’investir dans une relation sérieuse et durable, elle l’avait quitté du jour au lendemain sans lui laisser la moindre explication. De retour à Paris, elle se sent pourtant prête à faire de nouvelles rencontres. Félix, son meilleur ami et collègue, lui organise de nombreux rendez-vous amoureux qui s’avèrent tous plus désastreux les uns que les autres. »