L'Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea : Résumé du livre

4.5

1 avis

Romain Puértolas L'Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Tommy Thiange (rédacteur).

Description du résumé sur L'Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre L'Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea écrit par Romain Puértolas. A télécharger rapidement !

Sorti en 2013, L’Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea est le premier roman publié de Romain Puértolas. Il met en scène un fakir qui quitte son Rajasthan natal pour Paris, dans le but d’acheter le dernier modèle de lit à clous proposé par Ikea. Arnaqueur de par sa profession, il se met à dos un conducteur de taxi gitan, tombe amoureux d’une Française et finit enfermé dans une armoire de l’enseigne suédoise. Ce sera le début d’une histoire rocambolesque où les rencontres se succèderont et feront de lui un homme meilleur. Ce roman, véritable succès d’édition, a été la révélation de la rentrée littéraire 2013.

Pour en savoir plus sur le livre L'Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "L'Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de L’Extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas, dont voici un extrait :

« Ajatashatru Lavash Patel, fakir en provenance du Rajasthan, débarque à Paris avec un objectif en tête : acheter chez Ikea le dernier modèle de lit à clous. Pour s’y rendre depuis l’aéroport, il prend un taxi. Son conducteur, Gustave Palourde, profite de sa méconnaissance de la ville pour tenter de l’arnaquer. Arrivé à destination, c’est finalement le fakir qui dupe le conducteur. Par un tour de passepasse, il paie sa course avec un faux billet de 100 euros imprimé sur une face et relié à son doigt par un fil transparent. En sortant de la voiture, il récupère la note exorbitante réclamée par le chauffeur de taxi d’origine gitane et se dirige vers l’entrée du magasin suédois. »