Le Dernier Jour d'un condamné : La Préface de 1832 - Commentaire du livre

5

5 avis

Victor Hugo Le Dernier Jour d'un condamné Commentaire Visualiser un extrait
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Jeanne Digne-Matz (rédacteur).

Description du commentaire sur Le Dernier Jour d'un condamné

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie de la préface de 1832 du Dernier jour d’un condamné de Victor Hugo. Vous y trouverez le texte étudié, une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Bref, des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de ce formidable plaidoyer contre la peine de mort.

Si Victor Hugo choisit d’ajouter une préface à son texte, c’est pour le sortir de la simple dimension littéraire et romancée et en faire un véritable réquisitoire. Il est un habitué de cette méthode puisqu’en 1827, lorsqu’il publie Cromwell, c’est dans la préface qu’il s’oppose violemment aux conventions classiques de l’époque.

Après une mise en contexte, le commentaire composé s’intéresse à la peine de mort qui, pour Hugo, reste le dernier symbole de la société d’Ancien Régime, où un homme pouvait arbitrairement décider de la mort d’autres hommes. On se penche ensuite sur l’antagonisme que l’auteur dénonce entre les Républicains et les défenseurs de la peine de mort.

 

Structure de ce commentaire de livre :

  1. Texte étudié
    (1 page)
    Le passage de la préface de 1832 du Dernier Jour d’un condamné reproduit
  2. Mise en contexte
    (1 page)
    Quelques éclairages pour mieux aborder l’analyse de l’extrait
  3. Commentaire
    (2 pages)
    Le texte étudié à la lumière du thème de la peine de mort (dernier symbole de l’Ancien Régime) et de la figure des Républicains