George Orwell

Biographie de George Orwell

George Orwell (de son vrai nom Eric Arthur Blair) est un écrivain anglais né en 1903 à Motihari, en Inde, et mort de la tuberculose le 21 janvier 1950 à Londres. Il vit en Inde avec sa famille jusqu'en 1904 puis s'installe en Angleterre avec sa mère et sa soeur. Son père, Richard Walmesley Blair ne les rejoindra qu'en 1911.

Après ses études en Angleterre, il retourne en Inde et s’engage dans la police impériale en Birmanie. Il démissionne cinq ans plus tard et décide de devenir écrivain. S’ensuivent des années d’errance à Paris et à Londres où il côtoie les plus démunis (qu'il évoque dans son ouvrage Dans la Dèche à Paris et à Londres, publié en 1933). Il occupe diverses fonctions (libraire, enseignant ou encore chroniqueur) avant de s’engager dans la guerre d’Espagne contre les fascistes (qui lui inspire Hommage à la Catalogne, publié en 1938).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il se consacre au journalisme notamment politique et à l’écriture de ses romans les plus célèbres, La Ferme des animaux (1945) et 1984 (1949). Dans son roman 1984, il crée le concept de Big Brother à travers son personnage chef de l'Etat d'Odéania appelé « b.b. ».

Orwell est aujourd'hui encore considéré comme l'un des plus grands écrivains britanniques. Plusieurs de ses oeuvres ont connu une, voire plusieurs, adaptation(s) cinématographique(s) ou télévisée(s).

Citations de George Orwell

  • « L'Homme est la seule créature qui consomme sans produire. Il ne donne pas de lait, il ne pond pas d'oeufs, il est trop débile pour pousser la charrue, bien trop lent pour attraper un lapin. Pourtant le voici suzerain de tous les animaux. Il distribue les tâches entre eux, mais ne leur donne en retour que la maigre pitance qui les maintient en vie. Puis il garde pour lui les surplus. » (La Ferme des animaux)
  • « Dehors, les yeux des animaux allaient du cochon à l'homme et de l'homme au cochon, et de nouveau du cochon à l'homme ; mais déjà il était impossible de distinguer l'un de l'autre. » (La Ferme des animaux)
  • « À une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. » (1984)
  • « Seul, libre, l’être humain est toujours vaincu. Il doit en être ainsi, puisque le destin de tout être humain est de mourir, ce qui est le plus grand de tous les échecs. Mais s’il peut se soumettre complètement et entièrement, s’il peut échapper à son identité, s’il peut plonger dans le Parti jusqu’à être le Parti, il est alors tout puissant et immortel. » (1984)
  • « Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d'autres. » (La Ferme des animaux)
  • « Dans la pratique, personne ne s’inquiète de savoir si le travail est utile ou inutile, productif ou parasite. Tout ce qu’on lui demande, c’est de rapporter de l’argent. Derrière tous les discours dont on nous rebat les oreilles à propos de l’énergie, de l’efficacité, du devoir social et autres fariboles, quelle autre leçon y a-t-il que “amassez de l’argent, amassez-le légalement, et amassez-en beaucoup” ? » (Dans la Dèche à Paris et à Londres)
Voir une image de l'auteur