Madame Sourdis et autres nouvelles : Résumé du livre

5

6 avis

Émile Zola Madame Sourdis et autres nouvelles Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Dominique Coutant (rédacteur).

Description du résumé sur Madame Sourdis et autres nouvelles

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Madame Sourdis et autres nouvelles écrit par Émile Zola. A télécharger rapidement !

Le recueil Madame Sourdis et autres nouvelles regroupe quatre nouvelles, d’abord publiées séparément. Madame Sourdis parait en 1880 dans Le Messager de l'Europe, un journal de Saint-Pétersbourg. Ce récit retrace l'histoire, sur trois décennies, d'un couple d'artistes peintres. Un mariage d'amour est publié dans Le Figaro en 1866. Canevas du futur roman Thérèse Raquin, cette histoire traite de l'impossibilité du bonheur dans le crime. Les coquillages de M. Chabre parait en 1883 dans Le Messager de l'Europe. Ce récit plein de drôlerie évoque les difficultés de M. Chabre, homme mûr marié à la jeune et belle Estelle, à avoir un enfant. Enfin, Le grand Michu parait en 1874 dans le recueil Les nouveaux contes à Ninon. Ce récit rétrospectif narre un souvenir d'enfance du narrateur qui se remémore une révolte de collégiens orchestrée par le grand Michu, un paysan mal dégourdi.

Pour en savoir plus sur le livre Madame Sourdis et autres nouvelles, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Madame Sourdis et autres nouvelles"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Madame Sourdis et autres nouvelles d'Émile Zola, dont voici un extrait :« Chapitre 1À Mercœur, dans le Nord de la France, le père Morand tient un commerce qui approvisionne en pinceaux et couleurs les rares artistes de la région. Il vit avec sa femme et sa fille Adèle, qui refuse de se marier. Celle-ci fait des aquarelles.Un jour, Adèle remarque Ferdinand Sourdis, qui la frappe par « sa beauté de jeune blond » (p. 13). Pion (surveillant) depuis un an au collège de la ville, il est passionné de peinture mais on dit qu’il mène une vie de débauché. Adèle décide son père à exposer en vitrine un tableau de Sourdis, « La Promenade », que Rennequin, un peintre parisien ami de la famille, trouve très original. Ferdinand  se rapproche alors des Morand, mais il ne traite Adèle qu'en camarade et rêve en réalité plus de Paris que de la jeune femme... »Découvrez la suite dans le document.