Guillaume Musso

Biographie de Guillaume Musso

Guillaume Musso nait le 6 juin 1974 à Antibes (Alpes-Maritimes), enseigne d'abord les sciences économiques et sociales après avoir obtenu son CAPES. Son frère, Valentin Musso, est aussi écrivain, plus tourné vers le roman policier.

Attiré par l'écriture depuis qu'il a commencé ses études, il publie son premier roman en 2001, intitulé Skidamarink mais se fait connaitre du grand public avec son roman Et après… (2004), vendu à un million d’exemplaires et traduit dans plus de vingt langues. Ce dernier a fait l'objet d'une adaptation cinématographique en 2009 par Gilles Bourdos dans laquelle on retrouve quelques acteurs de renom tels que Romain Duris ou John Malkovich. Cette adaptation lui vaut d'ailleurs le prix du meilleur roman adaptable au cinéma en 2004. Depuis, il édite un roman chaque année et tous ont un succès fou. Cependant, s'il semble faire l'unanimité du côté du public, il est souvent victime de mauvaises critiques littéraires.

Guillaume Musso trouve l'inspiration dans les mois passés aux États-Unis lorsqu'il était âgé de 19 ans. Ce séjour lui a inspiré de nombreuses idées d'intrigue.

Citations de Guillaume Musso

  • « Le plus important n'est pas de savoir si on est vivant après être mort, mais d'être vivant avant d'être mort. » (Et après...)
  • « Je ne sais pas encore que je viens de rencontrer l'amour. Le seul, le vrai, l'incendiaire. Celui qui vous donne tout avant de tout vous reprendre. Celui qui illumine une vie avant de la dévaster pour toujours. » (7 ans après)
  • « Certains disent qu'on reconnaît le grand amour lorsqu'on s'aperçoit que le seul être au monde qui pourrait vous consoler est justement celui qui vous a fait mal. » (Que serais-je sans toi ?)
  • « Les liens se font et se défont, c'est la vie. Un matin, l'un reste et l'autre part, sans que l'on sache toujours pourquoi. Je ne peux pas tout donner à l'autre avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Je ne veux pas bâtir ma vie sur les sentiments, parce que les sentiments changent. Ils sont fragiles et incertains. Tu les crois profonds et ils sont soumis à une jupe qui passe, à un sourire enjôleur. Je fais de la musique parce que la musique ne partira jamais de ma vie. J'aime les livres, parce que les livres seront toujours là. Et puis... des gens qui s'aiment pour la vie, moi, je n'en connais pas. » (La Fille de papier)
  • « Comme le doudou de votre enfance, votre téléphone vous rassure. Son écran est doux, apaisant, hypnotique. Il vous donne une contenance dans toutes les situations et vous offre une facilité de contact immédiat qui laisse ouverts tous les possibles... » (L'Appel de l'ange)
Voir une image de l'auteur