Le Tartuffe : Commentaire sur La scène 6 de l'acte III

5/5 (7 avis)
Description du commentaire sur Le Tartuffe ( Molière)

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie de la scène 6 de l’acte III du Tartuffe de Molière, avec le texte étudié, une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de cette comédie quelque peu tragique...

La scène étudiée clôt la première moitié de l’œuvre car elle se situe à la fin de l’acte III, alors que le nœud dramatique atteint son paroxysme. Précédemment, Tartuffe est apparu dès le premier acte comme un faux dévot, un imposteur qui réussit à séduire un bourgeois, Orgon, de manière à diriger sa conscience. Il gagne peu à peu du pouvoir et courtise Elmire, la femme d’Orgon, alors même que celui-ci projette de le marier à sa fille. Damis, le fils d’Orgon, découvre la traitrise de Tartuffe et souhaite, dans cette scène, dénoncer l’imposteur à son père.

Après une mise en contexte dans laquelle on donne quelques éclairages sur le contexte littéraire dans lequel l’œuvre a vu le jour et dans laquelle on situe l’extrait dans le reste de la pièce, le commentaire composé s’intéresse, entre autres, aux ressorts comiques déployés dans le passage étudié. On se penche ensuite sur la dimension satirique de la scène à travers les personnages de Tartuffe et d’Orgon, puis à la lutte entre mensonge et vérité. Les traits tragiques de cette scène sont également commentés.

Voir plus
Structure de ce commentaire du livre
  • Texte étudié (2 pages)

    Le passage de l’acte III, scène 6 de Tartuffe reproduit

  • Mise en contexte (1 pages)

    Quelques éclairages pour mieux aborder l’analyse de l’extrait : le contexte littéraire et la situation de l'extrait étudié

  • Commentaire (3 pages)

    Le texte étudié à la lumière du thème de la Comédie (nouveau genre du Grand Siècle), de la satire sociale, de la rhétorique et du tragique

Que puis-je trouver dans ce commentaire sur "Le Tartuffe"

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie de la scène 6 de l’acte III du Tartuffe de Molière, avec le texte étudié, une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de cette comédie quelque peu tragique...

La scène étudiée clôt la première moitié de l’œuvre car elle se situe à la fin de l’acte III, alors que le nœud dramatique atteint son paroxysme. Précédemment, Tartuffe est apparu dès le premier acte comme un faux dévot, un imposteur qui réussit à séduire un bourgeois, Orgon, de manière à diriger sa conscience. Il gagne peu à peu du pouvoir et courtise Elmire, la femme d’Orgon, alors même que celui-ci projette de le marier à sa fille. Damis, le fils d’Orgon, découvre la traitrise de Tartuffe et souhaite, dans cette scène, dénoncer l’imposteur à son père.

Après une mise en contexte dans laquelle on donne quelques éclairages sur le contexte littéraire dans lequel l’œuvre a vu le jour et dans laquelle on situe l’extrait dans le reste de la pièce, le commentaire composé s’intéresse, entre autres, aux ressorts comiques déployés dans le passage étudié. On se penche ensuite sur la dimension satirique de la scène à travers les personnages de Tartuffe et d’Orgon, puis à la lutte entre mensonge et vérité. Les traits tragiques de cette scène sont également commentés.

A propos du livre "Le Tartuffe"

En 1664, les dévots font interdire les deux premières versions de la pièce. La troisième, Le Tartuffe ou l’Imposteur, ne sera autorisée qu’en 1669 et obtiendra un énorme succès (on compte 77 représentations du vivant  de l’auteur et, en tout, plus de 3000 représentations à la Comédie Française, ce qui en fait une des pièces classiques les plus jouées). Cette comédie narre l’histoire d’Orgon, notable qui s’est ridiculement entiché de Tartuffe, faux dévot. Orgon offre à Tartuffe la main de sa fille alors que celui-ci tente de séduire son épouse. Piégé et démasqué, Tartuffe cherche à chasser de chez lui Orgon grâce à une donation que ce dernier lui avait faite de ses biens et grâce à la détention de documents compromettants.

Molière

La carrière de Molière (1622-1673), né Jean-Baptiste Poquelin, est marquée par de hautes protections, dont celle de Louis XIV, de grands succès publics et d’âpres controverses – querelle des Précieuses ridicules, de L’École des femmes, du Tartuffe, de Dom Juan –, comme il a peint « d’après nature » les hommes dans toute leur complexité. Auteur, directeur de troupe et comédien, connaissant toutes les ressources qu’offre la comédie pour « corriger les mœurs par le rire », s’inspirant librement de Plaute et de Térence, de la farce, de la comédie espagnole et de la commedia dell’arte, il a tendu un miroir à ses contemporains pour qu’ils reconnaissent leurs travers dans des personnages – l’Avare, le Misanthrope, le Malade imaginaire – devenus des « types » immortels.

Il dresse en effet une véritable étude de la société dans laquelle évoluent bourgeois prétentieux, faux savants pédants, religieux hypocrites, aristocrates dégénérés, serviteurs malicieux et paysans ignorants. Il pousse la critique en profondeur et s’amuse des gestes, des situations et des mots pour garantir un effet comique et « faire rire les honnêtes gens ». « C’est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens » (L’École des femmes)

Les thématiques que Molière aborde dans ses œuvres semblent universelles tant les différentes époques se les approprient et les considèrent comme modernes. Il est l’un des auteurs français les plus étudiés, aussi l’expression « langue de Molière » pour désigner le français est communément acceptée et employée du plus grand nombre.

Informations techniques

ISBN numérique : 9782806232946

ISBN papier : 9782806236203

Ces analyses du livre "Le Tartuffe" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce commentaire du livre "Le Tartuffe" ont également acheté