L'Illusion comique : La scène 6 de l'acte V - Commentaire du livre

5

8 avis

Pierre Corneille L'Illusion comique Commentaire Visualiser un extrait
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Marie-Charlotte Schneider (rédacteur).

Description du commentaire sur L'Illusion comique

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie de la scène 6 de l’acte V de L’Illusion comique de Corneille. Vous y trouverez le texte étudié, une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de cette comédie « protéiforme ».

La scène 6 de l’acte V est la scène finale de la pièce. Primadant se désespère de la mort de son fils, quand Alcandre lève le rideau sur Clindor et ses congénères en train de se partager de l’argent. Clindor et ses amis sont en fait devenus comédiens et viennent de jouer le dernier acte d’une tragédie devant Primadant. Clindor est donc venu chercher l’approbation de son père au sujet de son statut de comédien. Pour l’y aider, Alcandre fait un plaidoyer en faveur du théâtre. Primadant finit donc par se réjouir du bonheur de son fils.

Après quelques éclairages sur le contexte historique et littéraire dans lequel l’œuvre est née, et la situation de l’extrait étudié, le commentaire composé s’intéresse au thème baroque de l’illusion et au procédé du théâtre dans le théâtre. On se penche ensuite sur l’éloge du théâtre et des comédiens qu’on trouve dans l’extrait, et enfin sur le discours argumentatif à visée didactique d’Alcandre, dont Corneille se sert pour réhabiliter l’image des comédiens.

Structure de ce commentaire de livre :

  1. Texte étudié
    (1 page)
    Le passage de l’acte V, scène 6 de L’Illusion comique reproduit
  2. Mise en contexte
    (1 page)
    Quelques éclairages pour mieux aborder l’analyse de l’extrait : le contexte historique et littéraire (entre baroque et classicisme) et la situation de l'extrait étudié
  3. Commentaire
    (2 pages)
    Le texte étudié à la lumière des thèmes des illusions, de l’éloge du comédien par lui-même et du discours argumentatif à visée didactique