Analyse du livre :  Le Livre de ma mère

Analyse du livre

Le Livre de ma mère

Auteur : Albert Cohen

Analyse de : Camille Prévost

5/5 (8 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ /mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Extrait de l'analyse du livre Le Livre de ma mère
Structure de cette analyse du livre
  • Introduction ciblée (1 pages)

    Albert Cohen, Écrivain suisse
    Le Livre de ma mère, Quand un auteur met à nu ses sentiments et ses regrets

  • Résumé complet du Livre de ma mère (2 pages)

    Le récit en partie autobiographique de Cohen synthétisé en plusieurs parties

  • Présentation des personnages principaux (1 pages)

    Une étude descriptive de la mère et du narrateur

  • Pistes d'analyse (2 pages)

    Un récit autobiographique ; Le deuil de l’amour maternel ; L’absurdité de la condition humaine

  • Nouvelles pistes de réflexion (1 pages)

    Approfondissez votre étude du roman grâce à notre liste de questions ouvertes

Que puis-je trouver dans cette analyse sur "Le Livre de ma mère"

Dans Le Livre de ma mère, roman en partie autobiographique, Albert Cohen dévoile tout l’amour qu’il ressent pour celle qui lui a donné la vie et exprime l’étendue des regrets et remords qui l’habitent.

L’analyse du livre s’ouvre sur une note explicative qui replace en contexte l’écrivain et son œuvre-hommage, avant de s’intéresser d’un peu plus près aux deux personnages centraux du récit, à savoir le narrateur d’une part, qui n’est autre qu’Albert Cohen, et sur sa mère d’autre part. Pour aider le lecteur à approfondir sa connaissance de l’œuvre, l’auteure de la fiche avance plusieurs clés de lecture qui étudient notamment le genre du roman – un récit autobiographique – , le deuil de l’amour maternel, rendu possible par l’écriture, et l’absurdité de la condition humaine, inscrite en filigrane au cœur du récit. Pour le lecteur voulant continuer son exploration du Livre de ma mère, une série de questions ouvertes se trouve en fin d’analyse.

Rédigée avec soin par notre maitre en littératures françaises Camille Prévost, cette synthèse littéraire est à ne pas manquer pour ceux qui désirent comprendre en à peine quelques pages toute la richesse de cette œuvre.

A propos du livre "Le Livre de ma mère"

Né en 1895 à Corfou et décédé en 1981 à Genève, Albert Cohen est un écrivain suisse considéré comme l'un des grands auteurs du XXe siècle. D'abord fonctionnaire à la Société des Nations, il débute sa carrière littéraire en 1921 avec son recueil de poèmes Paroles juives. Dans son roman Le Livre de ma mère, Albert Cohen dresse le portrait de sa propre mère à travers le récit de son enfance.

Le Livre de ma mère débute lorsque l'écrivain décide d'écrire dans le but de faire revivre sa mère récemment décédée. Tout de suite, il évoque sa profonde tristesse et ses regrets face à la perte d'une femme qui l'a aimé sans condition tout au long de sa vie. Il entame ensuite une réflexion sur l'absurdité de la vie humaine puis partage quelques souvenirs d'enfance. Albert Cohen raconte alors comment sa famille a quitté Corfou pour vivre à Marseille, les visites que lui rendait sa mère lorsqu'il était étudiant à Genève et le déchirement qu'elle ressentait au moment de le quitter. Enfin, Le Livre de ma mère se termine sur les regrets d'un fils qui aurait voulu être plus présent pour sa mère, et surtout plus démonstratif.

Publié pour la première fois en 1954, Le Livre de ma mère est un roman autobiographique écrit quelques mois après la mort de la mère d'Albert Cohen. L'auteur y propose une réflexion sur le deuil et l'absurdité de la vie en se mettant complètement à nu.

Albert Cohen

Albert Cohen est né le 16 aout 1895 à Corfou en Grèce. Issu d’une famille juive suisse, il vit sur l’île grecque jusqu’à ses cinq ans avant de déménager à Marseille en France. Inscrit dans une école privée catholique, il entre ensuite au lycée Thiers en 1904 où il se lie d’amitié avec Marcel Pagnol. Reçu au baccalauréat avec la mention assez bien en 1913, il part à Genève pour suivre des études de droit à l’université. Licencié en 1917, il suit ensuite des cours de lettres jusqu’en 1919.

Passionné par la littérature, il commence à écrire des poèmes, qu’il publie sous forme de recueil en 1921 sous le titre Paroles juives. Engagé en faveur du sionisme, il devient directeur de la Revue juive de Paris en 1925 et compte comme rédacteur Albert Einstein et Sigmund Freud. Marié en 1919 à Elisabeth Brocher, celle-ci décède des suites d’un cancer en 1924, laissant seul son mari et sa petite fille. Il se remariera quelques années plus tard avec Marianne Goss et Bella Berkowich.

À partir de 1926, il devient fonctionnaire au Bureau international du travail à Genève, période dont il s’inspirera pour écrire son roman le plus connu, Belle du Seigneur (1968). En 1930, il publie d’ailleurs son premier roman qu’il intitule Solal et qui rencontre un succès exceptionnel en France, mais également dans le reste du monde puisque le livre est traduit dans plusieurs langues. Il écrit huit ans plus tard Mangeclous qui confirme le génie de l’écrivain. Durant la Seconde Guerre mondiale, Albert Cohen travaille pour l’Agence juive, qu’il finira par quitter en 1944 dû à des problèmes de confiance mutuelle. Au sortir de la guerre, il occupe le poste de direction d’une des institutions des Nations unies. On lui propose de devenir ambassadeur de la nouvelle nation d’Israël, mais Albert Cohen refuse, désirant davantage se concentrer sur son écriture.

En 1954, après 16 ans de non-activité littéraire, il publie Le Livre de ma mère, un récit autobiographique sur son adolescence. Si l’auteur est déjà reconnu comme un grand écrivain sur la scène littéraire francophone, il est consacré par le Grand Prix de l’Académie française en 1968 pour son chef-d’œuvre Belle du Seigneur. À l’âge de 75 ans, il souffre d’une grave dépression dont il sort finalement en se donnant un nouvel objectif : promouvoir son œuvre. Il publie ainsi ses Carnets 1978 et donne plusieurs interviews. Sa dernière œuvre, Le Nouvel Observateur, sort en mai 1981. Il décède quelques mois plus tard, le 17 octobre 1981 à Genève.

Véritable figure emblématique de la littérature francophone du XXIe siècle, Albert Cohen s’est également révélé un auteur engagé pour la cause juive, bien qu’il n’ait jamais quitté le Vieux Continent pour aller vivre en Israël.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806211422

ISBN numérique : 9782806219978

Ces analyses du livre "Le Livre de ma mère" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté cette analyse du livre "Le Livre de ma mère" ont également acheté