La Double Inconstance

La Double Inconstance : Résumé du livre

4/5 (6 avis)
Description du résumé sur La Double Inconstance (Pierre de Marivaux)

Ce document propose un résumé clair et détaillé de La Double Inconstance de Marivaux, dont voici un extrait :«Scène 1 Silvia, fille du peuple, est retenue depuis deux jours chez le Prince, qui l’a enlevée dans l’espoir d’en faire sa femme. Outrée, bien que traitée décemment, elle confie au serviteur Trivelin qu’elle souhaiterait revoir son compagnon, Arlequin.Scène 2Flaminia, la fille d’un serviteur, énonce son plan d’action au Prince, dont elle est la confidente, et au serviteur de ce dernier, Trivelin : « ne songeons qu’à détruire l’amour de Silvia pour Arlequin » (p.33), dit-elle. Le spectateur apprend que Silvia connait déjà le Prince, mais sous une autre identité (officier du palais).Scène 3Flaminia convoque sa soeur, Lisette, pour lui apprendre à séduire Arlequin, un villageois insensible aux « bonnes manières » de la Cour.Scène 4Trivelin tente de convaincre Arlequin de céder Silvia au Prince, mais Arlequin demeure insensible aux richesses qu’on lui promet en échange (valets, maison de campagne, carrosse et meubles). Toutefois, il s’avoue gourmand lorsque Trivelin lui propose de la bonne chère et du vin en abondance. »Découvrez la suite dans le document.

Voir plus
Que puis-je trouver dans ce résumé sur "La Double Inconstance"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de La Double Inconstance de Marivaux, dont voici un extrait :«Scène 1 Silvia, fille du peuple, est retenue depuis deux jours chez le Prince, qui l’a enlevée dans l’espoir d’en faire sa femme. Outrée, bien que traitée décemment, elle confie au serviteur Trivelin qu’elle souhaiterait revoir son compagnon, Arlequin.Scène 2Flaminia, la fille d’un serviteur, énonce son plan d’action au Prince, dont elle est la confidente, et au serviteur de ce dernier, Trivelin : « ne songeons qu’à détruire l’amour de Silvia pour Arlequin » (p.33), dit-elle. Le spectateur apprend que Silvia connait déjà le Prince, mais sous une autre identité (officier du palais).Scène 3Flaminia convoque sa soeur, Lisette, pour lui apprendre à séduire Arlequin, un villageois insensible aux « bonnes manières » de la Cour.Scène 4Trivelin tente de convaincre Arlequin de céder Silvia au Prince, mais Arlequin demeure insensible aux richesses qu’on lui promet en échange (valets, maison de campagne, carrosse et meubles). Toutefois, il s’avoue gourmand lorsque Trivelin lui propose de la bonne chère et du vin en abondance. »Découvrez la suite dans le document.

A propos du livre "La Double Inconstance"

La Double Inconstance fut jouée au Théâtre-Italien en 1723. Cette même année, les Italiens devenaient les « Comédiens ordinaires du Roi ». Marivaux a beaucoup appris des comédiens italiens et c’est à la troupe de Lelio (Luigi Riccoboni) qu’il doit ses plus grands succès.

 Cette comédie est souvent perçue comme une version désabusée de la pièce Arlequin poli par l’amour. En effet, la leçon apparemment scandaleuse de La Double Inconstance prône la liberté individuelle (et donc l’inconstance) au détriment de l’amour (indéfectible dans Arlequin poli par l’amour). Jugés hâtivement amoraux par le passé, les propos des personnages de Marivaux sont aujourd’hui perçus comme étonnamment modernes.

Pierre de Marivaux

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, né en 1688 et mort en 1763, est un écrivain français issu de la petite noblesse. Élevé en province, il étudie le droit à Paris et délaisse ses études quelque temps pour se consacrer à la littérature. Il terminera ses études des années plus tard mais ne pratiquera jamais le métier d’avocat auquel il était destiné. Si son œuvre littéraire est très variée, c’est pourtant le théâtre qui le passionne le plus et auquel il consacrera sa vie.

Sa première œuvre s’intitule Le Père prudent et équitable, ou Crispin l’heureux fourbe et est représentée pour la première fois en 1706. Mais c’est avec des comédies telles qu’Arlequin poli par l’amour (1720), Le Jeu de l’amour et du hasard (1730) ou Les Fausses confidences (1737) qu’il connait le succès. Moraliste, son œuvre se veut une recherche d’un monde vrai, sans faux-semblants, et une étude du sentiment amoureux.

Pour qualifier la subtilité du langage galant de ses personnages séducteurs, on parle de « marivaudage ». Il est aussi l’auteur de deux romans, La Vie de Marianne (1726-1741) et Le Paysan parvenu (1735). Élu à l’Académie française en 1742, Marivaux est un homme d’esprit qui fréquente les salons littéraires.

Il est – avec Molière, Corneille, Musset et Racine – un des auteurs les plus joués à la Comédie-Française.

Informations techniques

ISBN numérique : 9782806217851-RES

Ceux qui ont acheté ce résumé du livre "La Double Inconstance" ont également acheté