Supplément au Voyage de Bougainville

Analyse du livre

Supplément au Voyage de Bougainville

Auteur : Denis Diderot

Analyse de : Fanny Normand

4/5 (3 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ /mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Extrait de l'analyse du livre Supplément au Voyage de Bougainville
Structure de cette analyse du livre
  • Introduction au dialogue philosophique de Diderot (1 pages)

    Denis Diderot, Écrivain, philosophe et encyclopédiste français
    Le Supplément au voyage de Bougainville, Deux mondes bien différents : Tahiti versus l’Europe

  • Résumé intégral du Supplément au voyage de Bougainville (2 pages)

    L'histoire du Supplément au voyage de Bougainville synthétisée partie par partie

  • Analyse des protagonistes principaux (1 pages)

    Étude approfondie de A, de B, du vieillard tahitien, d’Orou et de l’aumônier

  • Diverses clés de lecture (5 pages)

    Les Lumières (La mise en avant de la raison, les voyages autour du monde, le mythe du bon sauvage) ; La nature et la culture, La morale sexuelle ; La morale sexuelle ; Le dialogue philosophique

  • Pistes de réflexion (1 pages)

    Quelques questions pour approfondir votre analyse du Supplément au voyage de Bougainville de Denis Diderot

Que puis-je trouver dans cette analyse sur "Supplément au Voyage de Bougainville"

C’est pour le plus grand plaisir des élèves que Fanny Normand, maitre en littératures comparées, s’est donné pour mission de couvrir le conte philosophique de Denis Diderot Le Supplément au voyage de Bougainville. En réalisant une fiche de lecture adaptée aux besoins de ceux-ci, elle aborde le mythe du bon sauvage ainsi que les notions de nature, de culture, de civilisation européenne, de religion et de sexualité.

Après avoir livré un résumé intégral de ce dialogue philosophique où sont confrontés deux mondes bien différents, notre spécialiste poursuit son explication en s’attachant plus précisément aux personnages principaux : A et B, anonymes, qui discutent et lisent des passages du Supplément au voyage de Bougainville, mais aussi le vieillard tahitien, Orou et l’aumônier, qui apparaissent dans ledit Supplément. Elle développe de surcroit quelques précieuses clés de lecture, notamment sur le Siècle des Lumières, le mythe du bon sauvage, l’opposition entre nature et culture, ainsi que la question de la morale sexuelle. Le genre de l’œuvre, qui s’apparente au dialogue philosophique, forme en vogue au XVIIIe siècle, est également étudié, juste avant que ne soient posées quelques questions ouvertes pour que les insatiables puissent continuer à explorer et décrypter cette œuvre aux mille facettes.

A propos du livre "Supplément au Voyage de Bougainville"

Directeur de l'Encyclopédie pendant vingt ans avec Jean le Rond d'Alembert et figure représentative du siècle des Lumière, Denis Diderot est un écrivain dont l'oeuvre est riche et variée : romans, essais philosophiques, dialogues philosophiques ou encore pièces de théâtre.

Le Supplément au Voyage de Bougainville, dont le titre original est Supplément au Voyage de Bougainville ou Dialogue entre A et B sur l'inconvénient d'attacher des idées morales à certaines actions physiques qui n'en comportent pas, est un conte philosophique de Denis Diderot dans lequel deux personnages, A et B, discutent d'un ouvrage rédigé par Louis Antoine de Bougainville en 1771. Le récit de Bougainville est celui de son voyage sur l'île de Tahiti et de ce qu'il y a découvert. Cette lecture représente une occasion pour les deux personnages de comparer les moeurs tahitiennes et les moeurs européennes. Le Supplément au Voyage de Bougainville démontre alors que la culture tahitienne est plus tournée vers la nature et le bien collectif alors que la société européenne est régie par des lois et une morale imposées par l'homme. A et B se demandent alors : la civilisation (et ses lois artificielles et arbitraires) est-elle supérieure à la nature ?

Rédigé par Denis Diderot en 1772, le Supplément au Voyage de Bougainville est publié pour la première fois en 1796 à titre posthume dans le recueil Opuscules philosophiques et littéraires, la plupart posthumes ou inédites.

Denis Diderot

Denis Diderot est sans doute l’une des figures les plus représentatives du siècle des Lumières. Philosophe, encyclopédiste et écrivain français, il nait le 5 octobre 1713 à Langres dans une famille bourgeoise. Durant sa jeunesse, il suit des cours au collège jésuite. Ses parents envisageant pour lui une carrière ecclésiastique, il se fait prêtre de Langres en 1726. En 1728, il part achever ses études à Paris où il suit des cours de théologie et de philosophie à la Sorbonne. Il obtient son diplôme en 1735. Les années suivantes sont difficiles financièrement. Il abandonne sa carrière ecclésiastique au profit du droit et devient clerc auprès du procureur. Il s’intéresse au théâtre, à la physique et aux mathématiques, apprend l’anglais et écrit ses premiers articles pour le Mercure de France. C’est également à cette époque qu’il rencontre Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) avec qui il se lie d’amitié.

En 1743, il épouse secrètement Anne-Antoinette Champion suite au refus du père de l’écrivain. Cette union sera marquée par de nombreuses infidélités. Sa carrière littéraire débute véritablement cette année-là grâce à ses traductions de The Grecian History de Temple Stanyan, puis, de An Inquiry Concerning Virtue or Merit de Shaftesbury, augmentée de ses réflexions personnelles et publiée en 1745 sous le titre Essai sur le mérite et la vertu. Cet ouvrage témoigne du l’évolution de Diderot de la foi chrétienne vers le déisme. L’année suivante, il publie anonymement sa première œuvre personnelle, Pensées philosophiques, recueil d’aphorismes. En 1749, il parait son essai Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient dans lequel il Diderot expose clairement sa vision matérialiste et évoque son athéisme. Jugé dangereux, il est arrêté et incarcéré durant trois mois au château de Vincennes.

Son œuvre la plus colossale et sans doute la plus connue est L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers publiée de 1751 à 1772. Cette aventure commence en 1747, avec la traduction en français de la Cyclopædia d’Ephraïm Chambers, datant de 1728. Cependant, Diderot en fera le travail de toute sa vie. Pour réaliser son projet, il est aidé par d’Alembert, mathématicien et philosophe français ainsi que par des membres de la « société des gens de lettres ». Première encyclopédie française, elle constitue un ouvrage majeur du XVIIIe siècle et représente le symbole même de l’œuvre des Lumières par sa compilation de tous les savoirs de l’époque.

En 1750, il est nommé à l'Académie Royale des Arts et des lettres de Berlin. En 1769, Friedrich Melchior Grimm lui confie la direction de la revue Correspondances Littéraires dans laquelle il publie de nombreuses critiques ainsi que des articles philosophiques. C’est dans ce journal que parait Jacques le fataliste et son maître, un dialogue philosophique (entre Jacques et son maître) que Diderot écrit de 1765 jusqu'en 1784. Petit à petit, ses idées divergent de celles de son ami Rousseau jusqu’à la rupture en 1770. Les deux hommes développent par la suite une certaine rancœur et stoppent toute relation.

En 1773, invité par l’impératrice Catherine II, Diderot effectue un voyage de 18 mois à Saint-Pétersbourg, durant lequel il séjourne à deux reprises en Hollande. À son retour, sa santé se dégrade et il décède le 31 juillet 1784. Il est inhumé à l’église Saint-Roch, dans la chapelle de la Vierge, mais sa tombe est profanée lors de la Révolution et  sa dépouille disparait. Mal reçu à son époque, Diderot doit attendre la postérité pour que son œuvre soit reconnue à sa juste valeur.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806212344

ISBN numérique : 9782806220653

Ces analyses du livre "Supplément au Voyage de Bougainville" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté cette analyse du livre "Supplément au Voyage de Bougainville" ont également acheté