Le Silence de la mer : Résumé du livre

5

6 avis

Vercors Le Silence de la mer Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Dominique Coutant (rédacteur).

Description du résumé sur Le Silence de la mer

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Le Silence de la mer écrit par Vercors. A télécharger rapidement !

Publié clandestinement en 1942, le récit Le Silence de la mer a longtemps fait l'objet d'un véritable culte, en raison du message patriotique qu'il délivre. Le texte est inspiré de faits réels (Vercors a lui-même accueilli dans sa maison un officier allemand) et dédié au poète Saint-Pol-Roux, mort après avoir subi l'invasion de son manoir par les nazis. Le récit est mené du point de vue d'un vieil homme qui vit avec sa nièce dans sa maison réquisitionnée, en 1941, par un officier allemand. Le jeune homme, épris de culture française et croyant à l'unification des deux pays en guerre, se heurtera pendant tout son séjour au silence obstiné des deux maitres des lieux, qui expriment ainsi leur patriotisme.

Pour en savoir plus sur le livre Le Silence de la mer, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Le Silence de la mer"

Ce document propose un résumé gratuit clair et détaillé du Silence de la mer de Vercors, dont voici un extrait :

« En novembre 1941, la maison du narrateur est réquisitionnée pour loger des militaires allemands. Les soldats s’installent dans les dépendances tandis que, deux jours plus tard, un officier du nom de Werner von Ebrennac vient occuper une chambre dans la maison. Il s’agit d’un jeune homme aux bonnes manières, affable et souriant, qui parle un français impeccable. Il se dit désolé de déranger la vie de la maison et tente d’entrer en contact avec le narrateur et sa nièce, mais il se heurte constamment à leur mutisme. Cependant, il ne leur en tient pas rigueur et affirme même admirer leur patriotisme. Chaque jour, Werner vient les saluer sans pour autant recevoir en échange la moindre parole. Pourtant, lorsque Werner ne parait pas à l’heure habituelle, l’oncle ne peut s’empêcher de guetter son pas trainant. La même scène se répète pendant plus d’un mois et, malgré l’hostilité des habitants, l’officier semble apprécier la maison et examine souvent à la dérobée la jeune fille, qui ne lui accorde pas un regard. »

Découvrez la suite dans le document.