Tous les matins du monde : Commentaire sur Chapitre 15

10 avis
Description du commentaire sur Tous les matins du monde (Pascal Quignard)

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie du chapitre 15 de Tous les matins du monde de Pascal Quignard, avec une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de cette œuvre toute en musique.

Le roman, composé de 34 courts chapitres, s’inspire de la vie de Monsieur de Sainte Colombe, un brillant joueur de viole. Dans son roman, Quignard en fait un homme anéanti par le décès de son épouse et cherchant le réconfort dans la musique. Vivant seul dans sa campagne, loin de la vie mondaine, il transmet à ses filles son gout pour la musique et accepte comme élève le jeune Marin Marais. Ses seules joies sont les visites du fantôme de son épouse.

Le chapitre XV est particulièrement intéressant car il plonge le lecteur au cœur des problèmes religieux qui agitent la France au XVIIe siècle, qui constituent la toile de fond du roman, mais également parce qu’il permet d’aborder la mort, un thème cher à l’auteur, ainsi que d’analyser les rapports entre les personnages et le style de Quignard.

Après avoir situé l’extrait dans l’œuvre, le commentaire composé s’intéresse au contexte religieux sous Louis XIV et aux rapports de Monsieur de Sainte Colombe avec le jansénisme, puis se penche, entre autres, sur les contrastes entre les personnages ainsi que sur le thème de  la mort.

Voir plus
Structure de ce commentaire du livre
  • Texte étudié (1 pages)

    Le passage du chapitre 15 de Tous les matins du monde reproduit

  • Mise en contexte (1 pages)

    Quelques éclairages pour mieux aborder l’analyse de l’extrait

  • Commentaire (3 pages)

    Le texte étudié à la lumière du thème de la religion, de la mort et des figures contrastées des personnages

Que puis-je trouver dans ce commentaire sur "Tous les matins du monde"

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie du chapitre 15 de Tous les matins du monde de Pascal Quignard, avec une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de cette œuvre toute en musique.

Le roman, composé de 34 courts chapitres, s’inspire de la vie de Monsieur de Sainte Colombe, un brillant joueur de viole. Dans son roman, Quignard en fait un homme anéanti par le décès de son épouse et cherchant le réconfort dans la musique. Vivant seul dans sa campagne, loin de la vie mondaine, il transmet à ses filles son gout pour la musique et accepte comme élève le jeune Marin Marais. Ses seules joies sont les visites du fantôme de son épouse.

Le chapitre XV est particulièrement intéressant car il plonge le lecteur au cœur des problèmes religieux qui agitent la France au XVIIe siècle, qui constituent la toile de fond du roman, mais également parce qu’il permet d’aborder la mort, un thème cher à l’auteur, ainsi que d’analyser les rapports entre les personnages et le style de Quignard.

Après avoir situé l’extrait dans l’œuvre, le commentaire composé s’intéresse au contexte religieux sous Louis XIV et aux rapports de Monsieur de Sainte Colombe avec le jansénisme, puis se penche, entre autres, sur les contrastes entre les personnages ainsi que sur le thème de  la mort.

A propos du livre "Tous les matins du monde"

Tous les matins du monde (1991) raconte l’histoire d’un musicien, Monsieur de Sainte Colombe. Ce dernier, détruit par le décès précoce de sa femme, se réfugie dans la musique. Un jour, il rencontre le jeune Marin Marais qui souhaite suivre ses cours.

Le roman, qui a connu un véritable succès, a été adapté au cinéma l’année même de sa sortie et l’auteur a lui-même participé à l’écriture du scénario. Cet ouvrage rappelle La leçon de musique (1983) du même auteur, où apparaissent déjà les personnages de Marin Marais et de Sainte Colombe. Ce livre a également inspiré La main d’oublies de Sophie Nauleau, paru chez Galilée en 2007.

Pascal Quignard

Après des études de philosophie, Pascal Quignard (1948-) a travaillé dans une maison d’édition, enseigné à l’université de Vincennes et dirigé le théâtre baroque de Versailles. Il a écrit des essais sur la vie d’artistes (Georges de La Tour) et des textes philosophiques, notamment Le Sexe et l’effroi (1994) ou La Haine de la musique (1996), mais il a aussi rédigé plusieurs romans, entre autres Le Salon de Wurtemberg (1986), Les escaliers de Chambord (1989) ou Les ombres errantes (2002). Dans ses ouvrages, on trouve des thèmes récurrents comme la musique, la mort, le silence ou encore le passé.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806236531

ISBN numérique : 9782806233264

Ceux qui ont acheté ce commentaire du livre "Tous les matins du monde" ont également acheté