Titus n’aimait pas Bérénice : Résumé du livre

4

2 avis

Nathalie Azoulai Titus n’aimait pas Bérénice Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Danny Dejonghe (rédacteur).

Description du résumé sur Titus n’aimait pas Bérénice

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Titus n’aimait pas Bérénice écrit par Nathalie Azoulai. A télécharger rapidement !

Titus vient de quitter Bérénice. Si cette phrase nous fait songer à une tragédie grecque, elle fait toutefois référence à un évènement contemporain. Car il est ici question d’une Bérénice moderne qui souffre de cette séparation et se plonge à corps perdu dans les œuvres du dramaturge français Jean Racine (1639‑1699), son « frère de douleur ». Commence alors une biographie romancée de l’écrivain, retraçant son enfance à Port-Royal, ses débuts en poésie et sa carrière de dramaturge, ainsi que ses rapports étroits avec le roi de France, son travail d’historiographe et surtout, ses histoires d’amour.

Titus n’aimait pas Bérénice, publié en 2015, est le sixième roman de Nathalie Azoulai. La même année, il figure dans les sélections finales des prix Goncourt et Femina, et remporte le prix Médicis ainsi que le prix « Liste Goncourt : le choix de l’Orient », une récompense décernée à un ouvrage en lice pour le Goncourt par des étudiants du Moyen-Orient.

Pour en savoir plus sur le livre Titus n’aimait pas Bérénice, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Titus n’aimait pas Bérénice"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Titus n'aimais pas Bérénice de Natahlie Azoulai, dont voici un extrait :

« Titus affirme qu’il aime Bérénice, mais il veut la quitter pour le bien de Roma – dont apprendra plus tard qu’il s’agit de sa femme. Bérénice ressent un profond malêtre suite à cette rupture et, pour se consoler, elle se plonge dans la lecture des oeuvres du dramaturge Jean Racine, auxquelles elle prend gout.
Plus tard, alors qu’ils sont séparés depuis un an, Bérénice apprend que Titus est mourant, mais ne veut rien savoir dans un premier temps, répétant d’ailleurs la phrase : « Qu’il crève. » (p. 190) La lecture de Racine ne l’a que peu soulagée et, même lorsqu’elle reçoit des appels incessants de la part des proches de Titus, Bérénice refuse d’aller lui rendre visite. »