Andromaque : Commentaire sur Le dénouement

4/5 (4 avis)
Description du commentaire sur Andromaque (Jean Racine)

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie du dénouement d’Andromaque de Racine, avec le texte étudié, une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de cette tragédie au succès triomphal.

La scène étudiée constitue le dénouement de la pièce. Pylade vient d’annoncer à son ami Oreste la mort d’Hermione, qui avait exigé de lui qu’il tue Pyrrhus parce qu’il désirait s’unir à Andromaque. Mais, une fois le meurtre commis, Hermione avait payé Oreste d’insultes et était sortie de scène furieuse. La règle de bienséance, un des piliers de la tragédie classique, veut que la mort ne soit pas représentée sur scène, aussi le suicide est-il commis en coulisses. Plutôt que de susciter la terreur en représentant l’évènement sur la scène, le dramaturge cherche à provoquer l’effroi et la pitié chez le spectateur en montrant les retentissements de cet acte dans l’âme d’Oreste. C’est la fameuse phrase de Boileau : « Ce qu’on ne doit point voir, qu’un récit nous l’expose. » La nouvelle de son suicide sur le corps de Pyrrhus plonge le personnage d’Oreste dans un très grand effroi.

Après une mise en contexte, le commentaire composé s’intéresse au personnage d’Oreste, qui fait d’abord preuve d’une certaine lucidité face à la fatalité à laquelle il ne peut échapper. Dans la deuxième partie du texte, alors qu’Oreste est en proie au délire et qu’il s’adresse aux « filles de l’enfer », il le fait à l’impératif comme s’il cherchait, malgré l’assaut des dieux, à leur tenir tête : il ne se résigne finalement pas complètement. Sa folie, qui se traduit par un retournement émotionnel soudain ainsi que par des visions et des hallucinations, est également explicitée. On commente enfin la terreur et la pitié qu’il suscite.

Voir plus
Structure de ce commentaire du livre
  • Texte étudié (1 pages)

    Le passage du dénouement d'Andromaque reproduit

  • Mise en contexte (1 pages)

    Quelques éclairages pour mieux aborder l'analyse de l'extrait

  • Commentaire (3 pages)

    Le texte étudié à la lumière des thèmes de la fatalité et la folie, et des motifs de la terreur et la pitié

Que puis-je trouver dans ce commentaire sur "Andromaque"

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie du dénouement d’Andromaque de Racine, avec le texte étudié, une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de cette tragédie au succès triomphal.

La scène étudiée constitue le dénouement de la pièce. Pylade vient d’annoncer à son ami Oreste la mort d’Hermione, qui avait exigé de lui qu’il tue Pyrrhus parce qu’il désirait s’unir à Andromaque. Mais, une fois le meurtre commis, Hermione avait payé Oreste d’insultes et était sortie de scène furieuse. La règle de bienséance, un des piliers de la tragédie classique, veut que la mort ne soit pas représentée sur scène, aussi le suicide est-il commis en coulisses. Plutôt que de susciter la terreur en représentant l’évènement sur la scène, le dramaturge cherche à provoquer l’effroi et la pitié chez le spectateur en montrant les retentissements de cet acte dans l’âme d’Oreste. C’est la fameuse phrase de Boileau : « Ce qu’on ne doit point voir, qu’un récit nous l’expose. » La nouvelle de son suicide sur le corps de Pyrrhus plonge le personnage d’Oreste dans un très grand effroi.

Après une mise en contexte, le commentaire composé s’intéresse au personnage d’Oreste, qui fait d’abord preuve d’une certaine lucidité face à la fatalité à laquelle il ne peut échapper. Dans la deuxième partie du texte, alors qu’Oreste est en proie au délire et qu’il s’adresse aux « filles de l’enfer », il le fait à l’impératif comme s’il cherchait, malgré l’assaut des dieux, à leur tenir tête : il ne se résigne finalement pas complètement. Sa folie, qui se traduit par un retournement émotionnel soudain ainsi que par des visions et des hallucinations, est également explicitée. On commente enfin la terreur et la pitié qu’il suscite.

A propos du livre "Andromaque"

Représentée pour la première fois au Louvre en 1667, Andromaque est la troisième tragédie de Racine après La Thébaïde (1664) et Alexandre le Grand (1665). Elle constitue également son premier grand succès. La pièce met en scène quatre héros issus de la mythologie grecque : Oreste, Hermione, Pyrrhus et Andromaque. En proie aux passions, au dilemme ou à des obstacles intérieurs, chaque personnage en aime un autre sans en être aimé en retour, ce qui provoque une chaine d’humiliation et de désir de vengeance qui aboutit finalement à la mort de la plupart d’entre eux. Andromaque est encore aujourd’hui la pièce de Racine la plus jouée.

Jean Racine

Jean Racine (1639-1699), tout comme Pierre Corneille juste avant lui, est une figure majeure de la tragédie classique française au XVIIe siècle.

Après avoir bénéficié d’une éducation poussée à l’abbaye de Port-Royal, il s’installe à Paris où, à partir de 1663, il est admis à la cour de Louis XIV et mène une brillante carrière de dramaturge. Auteur de 11 tragédies, il use de son génie pour dépeindre la passion sous toutes ses facettes les plus dévastatrices. À la fois puissante et inévitable, elle semble être une malédiction pour tous ceux qui la connaissent, tant la notion de fatalité y est forte. Amours impossibles, décors antiques et héros universels participent au succès du dramaturge qui empreinte au jansénisme sa vision austère. Par ailleurs, la simplicité avec laquelle il traite de l’action rompt avec la profondeur des sentiments et le drame intérieur des personnages motivés par des passions irrésistibles.

Les pièces de Racine s’inspirent de la mythologie grecque (Andromaque), de l’histoire romaine (Britannicus) ou de l’histoire chrétienne (Athalie).

Informations techniques

ISBN numérique : 9782806232571

ISBN papier : 9782806235817

Ces analyses du livre "Andromaque" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce commentaire du livre "Andromaque" ont également acheté