Jean de La Fontaine

Jean de La Fontaine

Avec un père maitre des Eaux et Forêts et Capitaine des Chasses, Jean de La Fontaine (1621-1695) connait une enfance champêtre. C'est pendant ses études de droit à Paris qu'il fréquente de jeunes poètes : les chevaliers de la Table ronde, un cercle littéraire composé entre autres des poètes François Charpentier, Antoine Furetière, François de Maucroix, Paul Pellisson, et Antoine Rambouillet de la Sablière.

Son poème Adonis (1658) attire l’attention du surintendant des Finances, Nicolas Fouquet. Devenu son poète personnel, La Fontaine lui consacre Le Songe de Vaux, en 1660. Or, l’année suivante, Louis XIV, jaloux, emprisonne ce ministre trop influent. S’étant réfugié un temps dans le Limousin, La Fontaine renoue ensuite avec la vie mondaine et trouve de nouveaux mécènes. Il produit alors l’essentiel de son œuvre, fréquente les autres écrivains (Madame de Sévigné, Boileau, La Rochefoucauld, Molière, Racine, Furetière) et entre à l’Académie française en 1683.

Les trois recueils qui composent son oeuvre la plus célèbre, Fables, sont publiés en 1668, 1678 et 1693. C'est, entre autres, leur dimension moraliste et éducative ainsi que leur caractère poétique qui font de ces fables un chef-d'oeuvre de la littérature française. La Fontaine a su donner une seconde vie à ce genre jugé jusqu'alors trop scolaire.

Mais le plus grand poète du XVIIe siècle n’est pas que l’auteur des Fables et des Contes, il a aussi écrit des pièces de théâtre et des récits didactiques comme L'Eunuque, pièce de théâtre initialement écrite par le poète latin Térence et réadaptée par La Fontaine en 1654.

Nos analyses des livres de Jean de La Fontaine