Analyse du livre :  La Civilisation, ma mère !...

Analyse du livre

La Civilisation, ma mère !...

Auteur : Driss Chraïbi

Analyse de : Juline Hombourger

5/5 (10 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ /mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Extrait de l'analyse du livre La Civilisation, ma mère !...
Structure de cette analyse du livre
  • Introduction de l'analyse (2 pages)

    Driss Chraïbi, écrivain marocain de langue française
    La Civilisation, ma mère !... L’émancipation de la femme vis-à-vis des traditions

  • Résumé complet (6 pages)

    Résumé de l’intrigue de La Civilisation, ma mère !...

  • Étude des personnages (3 pages)

    Présentation de la mère, du fils cadet, de Nagib et du père

  • Clés de lecture (11 pages)

    Un récit autofictionnel ; La figure de la mère dans la littérature ; L'émancipation de la mère ; La place du père ; Un humour tendre ; Un roman engagé ; Un roman féministe ?

  • Pistes de réflexion (1 pages)

    Quelques questions pour compléter votre analyse de La Civilisation, ma mère !... de Driss Chraïbi

Que puis-je trouver dans cette analyse sur "La Civilisation, ma mère !..."

Dans cette analyse de l’œuvre, rédigée par Julie Hombourger, professeure de lettres, l’auteure nous dévoile les informations clés du roman.

Après avoir rapidement présenté l’auteur et son roman, la fiche de lecture offre un résumé de l’intrigue qui se situe au Maroc durant les années trente. Driss Chraïbi nous fait découvrir une femme, mère de deux enfants, que ses fils tentent d’initier à la modernité. Voilà un sujet totalement novateur dans la littérature marocaine, comme le souligne Julie Hombourger, bien qu’il soit devenu une thématique courante dans la littérature francophone (Le Château de ma mère de Marcel Pagnol, Le Livre de ma mère d’Albert Cohen en sont des exemples). Après avoir envisagé cette première thématique, l’auteure propose également au lecteur une analyse littéraire du roman, s’attachant à présenter le genre autobiographique et le rôle de l’humour dans le livre. Véritable outil de référence, cette analyse complète du livre permettra à quiconque de comprendre rapidement les enjeux du roman.

A propos du livre "La Civilisation, ma mère !..."

Driss Chraïbi est un écrivain marocain de langue française, principalement connu pour sa toute première oeuvre intitulée Le Passé simple (1954). Pour son roman La Civilisation, ma Mère !..., Driss Chraïbi s'est inspiré de sa mère pour créer le personnage de la mère de Nagib, et de son frère cadet.

L'histoire de La Civilisation, ma Mère !... est donc centrée sur une mère de famille marocaine qui vit avec ses deux fils et son mari. Entièrement dévouée à sa famille, elle suit les traditions marocaines à la lettre et reste cloitrée chez elle. Ce sont ses fils qui l'aident à découvrir le monde moderne : le fils cadet lui donne des cours de lecture, ou encore de géographie et d'histoire, et l'ainé va même jusqu'à s'acheter une voiture afin d'amener sa mère visiter le quartier. Le père, impuissant, observe l'émancipation de sa femme avec un regard craintif, ne comprenant pas le désir de ses fils. Mais petit à petit, la mère de famille prend gout à ces découvertes et n'a plus besoin que ces fils prennent en charge son éducation : elle apprend à se débrouiller seule, allant même jusqu'à envisager un voyage en Occident.

Cinquième roman de Driss Chraïbi, La Civilisation, ma Mère !... est publié pour la première fois en 1972. Si le roman ressemble à une autobiographie à première vue, La Civilisation, ma Mère !... est avant tout un roman engagé à l'humour tendre qui dénonce les différences entre les sexes dans la société traditionnelle marocaine.

Driss Chraïbi

Driss Chraïbi est né le 15 juillet 1926 à El Jadida au Maroc. Avant de venir étudier la chimie à Paris en 1945, il est scolarisé dans une école coranique à Casablanca, puis dans l’école M’hammed Guessous à Rabat. Avant de s’intéresser à la littérature, Driss Chraïbi porte son intérêt sur les sciences et sur la neuropsychiatrie. Diplômé en 1950 en ingénierie, il travaille pourtant par la suite pour France Culture et commence à écrire.

Son premier roman, Le Passé simple, parait en 1954 et rencontre un certain succès en France. L’année suivante, sort Les Boucs, roman qui traite du colonialisme du Maroc par la France, qui reçoit un accueil mitigé de la part de sa mère patrie. Très attaché aux thèmes tournant autour du colonialisme, du racisme, de l’islam et de la précarité, l’écrivain poursuit sa carrière littéraire en écrivant des romans qui s’inspirent de son enfance et qui remettent en question les évènements historiques de l’époque. Il publie ainsi :

  • L’Ane (1956), qui traite du mouvement d’indépendance en Afrique coloniale ;
  • De tous les horizons (1958) ;
  • La Foule (1961), qui critique le général de Gaulle ;
  • Succession ouverte (1962), qui est l’occasion pour l’auteur de revenir sur sa relation avec son père ;
  • La Civilisation, ma mère !... (1972), qui traite de la condition de la femme au Maroc ;
  • Mort au Canada (1975) ;
  • La Mère du printemps (1982), qui raconte l’arrivée de l’islam en Occident ;
  • Naissance de l’aube (1986), qui est un roman historique sur l’arrivée des musulmans en Europe ;
  • L’Homme du livre (1995), qui met en scène le prophète Mahomet.

À partir de 1981, Driss Chraïbi commence une série de romans policiers qui rapporte les enquêtes de l’inspecteur Ali. Il publiera ses aventures jusqu’en 2004 avec un ultime volume, L’Homme qui venait du passé, qui revient sur la mort d’Oussama Ben Laden. Parallèlement à ces récits fictionnels, l’écrivain entreprend également de rédiger ses mémoires qui paraissent en 1998 et 2001 sous les titres Vu, lu, entendu et Le Monde à côté. Grand contributeur à la littérature marocaine francophone, Driss Chraïbi décède le 1er avril 2007 en France et repose aux côtés de son père dans un cimetière de Casablanca.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806291943

ISBN numérique : 9782806291936

Ces analyses du livre "La Civilisation, ma mère !..." pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté cette analyse du livre "La Civilisation, ma mère !..." ont également acheté