35 kilos d'espoir : Résumé du livre

5

7 avis

Anna Gavalda 35 kilos d'espoir Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Elena Pinaud (rédacteur).

Description du résumé sur 35 kilos d'espoir

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre 35 kilos d'espoir écrit par Anna Gavalda. A télécharger rapidement !

35 kilos d’espoir (2002) est un livre pour enfants, mais les adultes peuvent également en faire une lecture très utile, puisqu’on y découvre des choses très intrigantes sur l’univers intérieur d’un enfant. Cette œuvre est en fait le récit à la première personne d’un garçon de 13 ans qui, tout en étant très doué en bricolage et en invention d’outils, n’aime pas du tout l’école et va d’échec en échec. Pourtant, il sait que sans un parcours scolaire élémentaire, il ne pourra pas se créer un chemin dans la vie. Dès lors, comment va-t-il s’y prendre ?

Elle-même mère, Gavalda fait preuve d’une grande capacité d’empathie (faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent), en nous rendant fidèlement et avec objectivité les tourments d’un adolescent. Elle est aussi une fine observatrice des réalités sociales et du système d’enseignement.

Pour en savoir plus sur le livre 35 kilos d'espoir, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "35 kilos d'espoir"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de 35 kilos d’espoir d'Anna Gavalda, dont voici un extrait :« Grégoire commence sa confession par une déclaration radicale : « Je hais l’école. (…) Elle me pourrit la vie » (p. 7). Il était « heureux » (p. 7) jusqu’à ce qu’il ait l’âge d’aller à l’école, moment où la « vie a déraillé » (p. 9). Selon les médecins, il a un problème « de concentration », mais Grégoire sait que le souci vient du fait que « l’école ne l’intéresse pas » (p. 13). Son seul souvenir scolaire positif, c’est une année de maternelle au cours de laquelle l’institutrice, Marie, lui a permis de développer son gout pour la création et l’artisanat. Ensuite, l’école est devenue un permanent supplice pour Grégoire, cela se manifestant par des maux de ventre et par des tensions fréquentes dans sa famille.À la suite de plusieurs incidents survenus lors du cours de sport (« il faut dire que je déteste le sport presque autant que l’école », p. 23), Grégoire est renvoyé une première fois  alors qu’il n’est qu’en CE2. »Découvrez la suite dans le document.