A l'Ouest, rien de nouveau : Résumé du livre

4

5 avis

Erich Maria Remarque A l'Ouest, rien de nouveau Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Elena Pinaud (rédacteur).

Description du résumé sur A l'Ouest, rien de nouveau

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre A l'Ouest, rien de nouveau écrit par Erich Maria Remarque. A télécharger rapidement !

À l’Ouest, rien de nouveau (Im Westen nichts neues, 1929) est le récit émouvant et à la fois très factuel et poétique d’un simple soldat allemand envoyé au combat lors de la Première Guerre Mondiale, à 18 ans à peine. Remarque, lui-même victime de cette page sanglante de l’histoire qui l’a marqué à jamais puisqu’il a participé à cette guerre, veut, grâce à ce document littéraire, se réconcilier avec le monde et avec lui-même.

Ce premier roman de Remarque, qui a connu immédiatement un succès international énorme (il a été traduit en plus de 25 langues), a aussi suscité beaucoup de polémiques, notamment en Allemagne, en Italie et en Russie, dans le contexte de la montée du fascisme et des relations très tendues entre les divers pouvoirs européens.

Pour en savoir plus sur le livre A l'Ouest, rien de nouveau, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "A l'Ouest, rien de nouveau"

Ce document propose un résumé gratuit clair et détaillé d'À l’ouest rien de nouveau d’Erich-Maria Remarque, dont voici un extrait :

« Le témoignage du soldat allemand Paul Bäumer s’ouvre sur la journée de repos d’une compagnie de soldats allemands combattant sur le front français, lors de la Première Guerre mondiale. Le fait de se retrouver derrière le front, de bénéficier d’une double ration de nourriture (les survivants ont reçu les portions de leurs camarades morts), de pouvoir lire à l’aise les journaux et la correspondance et d’écouter de la musique représente pour les soldats « du bien-être ».

Le front, et surtout la vue de Kemmerich, qui se mourait dans un hôpital militaire avec les jambes amputées, poussent Bäumer et ses camarades à avoir des doutes sur les discours patriotiques de leurs parents et de leurs professeurs. Bäumer se rappelle le moment du recrutement. Lui et ses camarades n’avaient que dix-huit ans et ils ont été envoyés sur le front après dix semaines de stage dans une caserne où ils ont été profondément dégoutés par l’absurdité des supérieurs, notamment de Himmelstoss. Cette période avait pour but de « dresser » ces jeunes « au seuil de l’existence ». À la fin de la période de stage, ils étaient devenus des « brutes », prêts pour la guerre. »

Découvrez la suite en achetant le document.