Les Fausses Confidences

Les Fausses Confidences : Résumé du livre

5/5 (5 avis)
Description du résumé sur Les Fausses Confidences (Pierre de Marivaux)

Ce document propose un résumé clair et détaillé des  Fausses Confidences de Marivaux dont voici un extrait :

« Dorante, un jeune homme « bien fait » et de « bonne mine », mais ruiné, se présente chez Araminte, une jeune et riche veuve, pour être employé comme intendant. Pour tout le monde, il est recommandé par son oncle M. Rémy, « un procureur ». En fait, cette démarche est orchestrée par Dubois, un des serviteurs d’Araminte et ancien valet de Dorante, qui cherche à réaliser le rapprochement entre sa maitresse et le jeune homme qui en est amoureux.

Dès la première présentation, Marton, servante d’Araminte, est séduite par Dorante. Encouragée par M. Rémy et par l’ambigüité de l’attitude du jeune homme à son égard, elle se met vite dans la peau de la fiancée. L’entrée en scène d’Araminte complique la situation. Ayant aperçu Dorante dans le jardin, la jeune veuve tombe sous son charme et manifeste le désir de le rencontrer.

Le premier duo entre Araminte et Dorante consacre la parfaite entente entre les deux protagonistes, qui se livrent à un échange de propos dans lesquels chacun cherche à exprimer l’estime qu’il a pour l’autre. Toutefois, l’apparition de Mme Argante, la mère d’Araminte, vient menacer le projet de séduction mis en place par Dubois, puisque la vieille femme ne semble pas apprécier la présence de Dorante en qui elle voit un obstacle pour la réalisation de son projet de marier sa fille au Comte Dorimond. »

Découvrez la suite dans le document.

Voir plus
Que puis-je trouver dans ce résumé sur "Les Fausses Confidences"

Ce document propose un résumé clair et détaillé des  Fausses Confidences de Marivaux dont voici un extrait :

« Dorante, un jeune homme « bien fait » et de « bonne mine », mais ruiné, se présente chez Araminte, une jeune et riche veuve, pour être employé comme intendant. Pour tout le monde, il est recommandé par son oncle M. Rémy, « un procureur ». En fait, cette démarche est orchestrée par Dubois, un des serviteurs d’Araminte et ancien valet de Dorante, qui cherche à réaliser le rapprochement entre sa maitresse et le jeune homme qui en est amoureux.

Dès la première présentation, Marton, servante d’Araminte, est séduite par Dorante. Encouragée par M. Rémy et par l’ambigüité de l’attitude du jeune homme à son égard, elle se met vite dans la peau de la fiancée. L’entrée en scène d’Araminte complique la situation. Ayant aperçu Dorante dans le jardin, la jeune veuve tombe sous son charme et manifeste le désir de le rencontrer.

Le premier duo entre Araminte et Dorante consacre la parfaite entente entre les deux protagonistes, qui se livrent à un échange de propos dans lesquels chacun cherche à exprimer l’estime qu’il a pour l’autre. Toutefois, l’apparition de Mme Argante, la mère d’Araminte, vient menacer le projet de séduction mis en place par Dubois, puisque la vieille femme ne semble pas apprécier la présence de Dorante en qui elle voit un obstacle pour la réalisation de son projet de marier sa fille au Comte Dorimond. »

Découvrez la suite dans le document.

A propos du livre "Les Fausses Confidences"

Créée en mars 1737 par la troupe des Italiens, Les Fausses Confidences constitue un tournant dans la production théâtrale de Marivaux. D’une part, c’est sa dernière grande pièce puisque, à partir de cette création, ses comédies ne comporteront plus qu’un seul acte. D’autre part, cette comédie inaugure une esthétique nouvelle. Ainsi, avec Les Fausses confidences, les détails de la vie quotidienne deviennent plus nombreux et la part de fantaisie plus réduite.

En fait, on assiste à l’embourgeoisement de l’univers théâtral avec, comme cadre de l’action, le passage de l’espace champêtre et aristocratique vaguement déterminé des comédies précédentes à l’espace urbain. L’intrigue se noue et se dénoue dans un hôtel parisien, lieu de résidence d’Araminte, le personnage principal. 

Pierre de Marivaux

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, né en 1688 et mort en 1763, est un écrivain français issu de la petite noblesse. Élevé en province, il étudie le droit à Paris et délaisse ses études quelque temps pour se consacrer à la littérature. Il terminera ses études des années plus tard mais ne pratiquera jamais le métier d’avocat auquel il était destiné. Si son œuvre littéraire est très variée, c’est pourtant le théâtre qui le passionne le plus et auquel il consacrera sa vie.

Sa première œuvre s’intitule Le Père prudent et équitable, ou Crispin l’heureux fourbe et est représentée pour la première fois en 1706. Mais c’est avec des comédies telles qu’Arlequin poli par l’amour (1720), Le Jeu de l’amour et du hasard (1730) ou Les Fausses confidences (1737) qu’il connait le succès. Moraliste, son œuvre se veut une recherche d’un monde vrai, sans faux-semblants, et une étude du sentiment amoureux.

Pour qualifier la subtilité du langage galant de ses personnages séducteurs, on parle de « marivaudage ». Il est aussi l’auteur de deux romans, La Vie de Marianne (1726-1741) et Le Paysan parvenu (1735). Élu à l’Académie française en 1742, Marivaux est un homme d’esprit qui fréquente les salons littéraires.

Il est – avec Molière, Corneille, Musset et Racine – un des auteurs les plus joués à la Comédie-Française.

Informations techniques

ISBN numérique : 9782806218469-RES

Ces analyses du livre "Les Fausses Confidences" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce résumé du livre "Les Fausses Confidences" ont également acheté