Le Corps de mon père. Autobiographie de ma mère : Résumé du livre

4.5

8 avis

Michel Onfray Le Corps de mon père.  Autobiographie de ma mère Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Dominique Coutant (rédacteur).

Description du résumé sur Le Corps de mon père. Autobiographie de ma mère

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Le Corps de mon père. Autobiographie de ma mère écrit par Michel Onfray. A télécharger rapidement !

Le Corps de mon père est un extrait du Journal hédoniste, plus précisément du tome 1, « Le désir d’être un volcan », paru en 1996. Dans ce court texte autobiographique, l'auteur évoque avec pudeur et lyrisme son enfance auprès de son père, un ouvrier agricole taciturne et courageux. Il parle de l'amour infini, bien que rarement exprimé, qui les liait.

 L’Autobiographie de ma mère est extraite du deuxième tome du Journal hédoniste, « Les vertus de la foudre ». L'auteur-narrateur évoque ici un épisode douloureux de la vie de sa mère dont il a été témoin : ayant été placée à l'Assistance Publique dès son plus jeune âge, la vieille femme qu’elle est devenue veut retrouver la trace de ses vrais parents.

Pour en savoir plus sur le livre Le Corps de mon père. Autobiographie de ma mère, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Le Corps de mon père. Autobiographie de ma mère"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Le Corps de mon père. Autobiographie de ma mère de Michel Onfray, dont voici un extrait :« Le corps de mon pèreLe narrateur-auteur évoque son enfance à  Argentan, en Normandie, avec ses parents et son frère. Il se rappelle tout d'abord l'odeur du café qui chauffait en permanence sur la cuisinière et qui montait jusqu'à sa chambre : il l’associe à son père. Il décrit ensuite leur minuscule maison : « Moins de vingt mètres carrés pour une existence à quatre. » (p. 13) Il évoque d'autres odeurs liées au souvenir de son père, car elles imprégnaient ses vêtements de travail : purin, maïs pourri, engrais, etc. Elles pénétraient tout, malgré la grande hygiène de son père.La maison ne comportait pas de commodités : les toilettes étaient à l'extérieur et la famille se lavait dans une grande bassine en zinc dans la cuisine. Lorsque c'était le tour du chef de famille, « mon frère et moi étions conviés à quitter la pièce pour un ailleurs où il serait impossible de voir le corps du père » (p. 16), explique le narrateur. »Découvrez la suite dans le document.