Le Scaphandre et le Papillon : Résumé du livre

5

2 avis

Jean-Dominique Bauby Le Scaphandre et le Papillon Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Audrey Millot (rédacteur).

Description du résumé sur Le Scaphandre et le Papillon

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Le Scaphandre et le Papillon écrit par Jean-Dominique Bauby. A télécharger rapidement !

Après un accident vasculaire, privé de tout moyen de communiquer avec les autres, Jean-Dominique Bauby décide d’écrire un livre pour raconter sa vie. Il s’agit du témoignage bouleversant d’un homme que certains ont qualifié de « légume ».

 Grâce à une orthophoniste, il parvient à communiquer en clignant sa paupière gauche. Il cligne une fois pour dire « oui », deux fois pour dire « non ». Avec son œil, il arrête l’attention de son interlocuteur sur les lettres de l’alphabet qu’on lui dicte. Ainsi, se forment des mots, des phrases… Il décide alors de dicter un livre entier. L’ouvrage s’est vendu à 367 000 exemplaires et a été adapté au cinéma.

Pour en savoir plus sur le livre Le Scaphandre et le Papillon, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Le Scaphandre et le Papillon"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Le Scaphandre et le Papillon de Jean-Dominique Bauby dont voici un extrait :

« Le Scaphandre et le Papillon n’est pas un roman linéaire. Au fil des chapitres, le narrateur-auteur raconte sa vie à l’hôpital de Berck, où il a vécu après son accident, mais à ce récit se mêlent des anecdotes de sa vie antérieure, des rêveries poétiques ou romanesques, des réflexions, etc. Isolé du reste du monde, enfermé « sous la bulle de verre de son scaphandre où volent des papillons », il nous livre sa vision des choses, tantôt réaliste, tantôt poétique. Ce scaphandre, c’est l’image qu’il a choisie pour traduire sa sensation d’enfermement dans son corps. À cette pesanteur, il oppose l’image des papillons, pour signifier qu’il a le pouvoir fantastique de voleter parmi ses souvenirs et de butiner les instants insignifiants offerts par l’existence. Loin de s’enfoncer dans un auto-apitoiement, il sait se moquer de lui-même et il saisit chaque occasion de picorer des sensations de sa vie d’avant avec une intensité décuplée : une odeur de frites, une rencontre fantasmée avec l’impératrice Eugénie, dont le buste trône à l’hôpital, la contemplation du panorama des faubourgs de Berck aux airs de décors de cinéma, etc. »

Découvrez la suite dans le document.