José Saramago

Biographie de José Saramago

Journaliste et écrivain, José de Sousa Saramago de son vrai nom est né le 16 novembre 1922 à Azinhaga, au Portugal. Il est originaire d’une famille modeste et, alors qu’il effectue ses études secondaires dans la capitale, il est contraint d’y mettre un terme pour entamer une formation professionnelle et devenir serrurier. En effet, il peut ainsi rapidement commencer à travailler et aider sa famille grâce à son salaire. Mais déjà s’affirment son gout pour la littérature et la lecture du français, une langue qu’il a étudiée à l’école. Le jeune José travaille dans des centres hospitaliers et diverses grandes entreprises, occupant des postes variés : dessinateur industriel, employé chez un assureur ou encore dans une maison d’édition. C’est ensuite vers le domaine du journalisme qu’il se tourne et dans lequel il effectue une longue carrière. En 1975, alors qu’il occupe la fonction de directeur du journal Diario de Noticias, il est licencié et considère cette épreuve comme un nouveau départ : il peut désormais se consacrer entièrement à sa passion, l’écriture.

Il n’est néanmoins pas un novice dans ce domaine et avait déjà publié, en 1947, un premier roman, Terre du péché (Terra do pecado). Mais le succès n’avait pas été au rendez-vous et José Saramago avait alors rédigé des chroniques et des poèmes publiés dans les journaux avec lesquels il collaborait. Le manque de confiance en lui, et les nombreux doutes qui assaillent l’écrivain sur sa réalisations, le freinent alors dans sa volonté d’écrire et expliquent son arrivée tardive en littérature. Il décide toutefois de publier un deuxième roman, Relevé de terre (Levantado do Chão) en 1980. Il y dresse une fresque d’une famille de travailleurs agricoles. Déjà, son style épuré et dénué de ponctuation est bien caractéristique. Vient ensuite, en 1982, Le Dieu manchot (Memorial do convento), qui connait un immense succès et assure une reconnaissance à Saramago. Cette œuvre lance véritablement sa carrière d’écrivain, qui sera saluée à de nombreuses reprises par des récompenses et lui donnera une visée internationale. Traduits en de nombreuses langues, les romans de l’écrivain sont alors publiés dans le monde entier.

Le point d’orgue de sa carrière est marqué par l’obtention du Prix Nobel de littérature en 1998, dont il est le l’unique lauréat portugais. Son engagement politique a marqué sa vie : athée et engagé au sein du Parti communiste, son Évangile selon Jésus-Christ (1991) a fait bondir les milieux catholiques et a créé la polémique dans son pays natal. Il a dès lors été contraint de s’exiler.

Malade (il est atteint de leucémie), José Saramago s’éteint le 18 juin 2010 dans les îles Canaries.

Citations de José Saramago

« L’homme désire percer à jour les mystères, mais à quoi bon, il ferait mieux de se contenter de se réveiller le matin. » (Le Dieu manchot)

« Quand le bien survient nous ne le remarquons pas, quand il était là nous ne nous en sommes même pas aperçus, quand il s’en est allé nous pleurons son absence. » (Le Dieu manchot)

« On sait que les mots prononcés par le cœur ne sont pas articulés par la langue, un nœud les retient dans la gorge et on ne peut les lire que dans les yeux. » (L’Évangile selon Jésus-Christ)

« Le monde est ainsi fait que la vérité doit souvent se masquer de mensonge pour arriver à ses fins. » (L’Aveuglement)

« Certains protestaient, disant qu’ils étaient honteusement dépouillés, et c’était la vérité pure, d’autres se défaisaient de ce qu’ils possédaient avec une espèce d’indifférence, comme s’ils pensaient que finalement il n’y a rien au monde qui nous appartienne absolument, autre vérité non moins éclatante. » (L’Aveuglement)

« La voix est la vue de celui qui ne voit pas. » (L’Aveuglement)

« Les pires maux referment une part suffisante de bien qui permet de les endurer avec patience. » (L’Aveuglement)