Du contrat social : Résumé du livre

4.5

5 avis

Jean-Jacques Rousseau Du contrat social Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Gabrielle Yriarte (rédacteur).

Description du résumé sur Du contrat social

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Du contrat social écrit par Jean-Jacques Rousseau. A télécharger rapidement !

Du contrat social constitue l’aboutissement de la pensée politique de Rousseau. Reprenant des thèses exprimées précédemment (la nature humaine est corrompue ; la  civilisation cause de « l’inégalité »), l’auteur examine les conditions de liberté au sein de la société civile. Pour regagner sa liberté perdue, l’individu doit renoncer à son intérêt particulier au profit de « l’intérêt général », en concluant un « contrat social » avec ses semblables. Lorsqu’il agit politiquement, le citoyen doit être guidé par des principes universels.

Inégalement reçu et censuré en 1762, l’ouvrage fut encensé par les Révolutionnaires qui y virent la théorisation de la souveraineté du peuple. Il fut la référence de nombreux penseurs du droit et inspira la pensée marxiste.

Pour en savoir plus sur le livre Du contrat social, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Du contrat social"

Ce document propose un résumé clair et détaillé du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, dont voici un extrait :« Chapitres 1-4L’ordre social est légitime s’il repose sur une première « convention ». La famille, le « droit du plus fort » et « l’esclavage » constituent trois fausses conventions qui ne sauraient servir de modèle à une société légitime.Chapitres 5-9La « première convention » doit être unanime. L’individu aliène sa force individuelle au profit de la communauté. Cet acte, qui donne naissance au « corps moral et collectif » que Rousseau appelle « le souverain », repose sur un engagement de chacun envers tous et de tous envers chacun. Le « souverain », une fois constitué, ne s’engage plus qu’avec lui-même puisque il est constitué de tous les individus qui reconnaissent son autorité. Si certains membres de la société cherchent à lui nuire, il faudra exercer sur eux la contrainte, les « forcer à être libres ». « L’état civil » (c’est-à-dire la société née du « contrat social », qui rend le peuple « souverain ») engendre la « moralité », le « droit » et « la liberté civile », qui est supérieure à la liberté naturelle. »Découvrez la suite dans le document.