La Fille aux yeux d'or

La Fille aux yeux d'or : Résumé du livre

4.5/5 (3 avis)
Description du résumé sur La Fille aux yeux d'or (Honoré de Balzac)

Ce document propose un résumé clair et détaillé de La Fille aux yeux d'or de Balzac, dont voici un extrait :« Un long exposé des moeurs parisiennes ouvre la nouvelle. Sur une vingtaine de pages, Balzac décrit selon son projet d’une « science des moeurs » (p. 376) les comportements et aspirations des diverses classes de la société parisienne, en commençant par la plus pauvre et la plus misérable, pour finir par la plus riche et la plus influente. Paris, comparé à un enfer, se compose, à la façon de l’enfer dantesque, de divers « cercles ». Le premier est celui du monde ouvrier, le second celui de la petite bourgeoisie, le troisième celui de la bourgeoisie d’affaire, et enfin suivent le monde des artistes et l’aristocratie. La critique est sévère pour ce Paris personnifié en un monstre ou une idole engloutissant les hommes dans une recherche effrénée de l’or et du plaisir. Paris est ainsi présenté comme un « vaste atelier de jouissances » (p. 337) où toutes les classes sans exception se soumettent au « maître universel » (p. 365) qu’est la « passion […] de l’or et du plaisir »–cette dernière expression revenant comme un leitmotiv dans la description balzacienne (p. 357, 359, 360, 365, 371). »Découvrez la suite dans le document.

Voir plus
Que puis-je trouver dans ce résumé sur "La Fille aux yeux d'or"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de La Fille aux yeux d'or de Balzac, dont voici un extrait :« Un long exposé des moeurs parisiennes ouvre la nouvelle. Sur une vingtaine de pages, Balzac décrit selon son projet d’une « science des moeurs » (p. 376) les comportements et aspirations des diverses classes de la société parisienne, en commençant par la plus pauvre et la plus misérable, pour finir par la plus riche et la plus influente. Paris, comparé à un enfer, se compose, à la façon de l’enfer dantesque, de divers « cercles ». Le premier est celui du monde ouvrier, le second celui de la petite bourgeoisie, le troisième celui de la bourgeoisie d’affaire, et enfin suivent le monde des artistes et l’aristocratie. La critique est sévère pour ce Paris personnifié en un monstre ou une idole engloutissant les hommes dans une recherche effrénée de l’or et du plaisir. Paris est ainsi présenté comme un « vaste atelier de jouissances » (p. 337) où toutes les classes sans exception se soumettent au « maître universel » (p. 365) qu’est la « passion […] de l’or et du plaisir »–cette dernière expression revenant comme un leitmotiv dans la description balzacienne (p. 357, 359, 360, 365, 371). »Découvrez la suite dans le document.

A propos du livre "La Fille aux yeux d'or"

Écrite et publiée en 1834, la nouvelle La Fille aux yeux d’or constitue le dernier volet de la trilogie de l’Histoire des Treize, après La Duchesse de Langeais et Ferragus. Chacun des trois volets présente, à la conjonction de l’épique et de l’intime, l’un des membres de la société secrète des Treize en butte contre la résistance d’une femme.

La Fille aux yeux d’or, comme les deux nouvelles auxquelles elle fait suite, a essuyé non sans raison de nombreuses critiques. On a notamment accusé son manque de cohérence interne, mais aussi la faible unité que confère à ces trois textes l’arrière-plan souvent artificiel de la société secrète des Treize. Néanmoins, on retrouve dans La Fille aux yeux d’or les thèmes chers à Balzac : le complot, l’Histoire et les passions individuelles.

Honoré de Balzac

Honoré de Balzac (1799 – 1850) est l’un des écrivains français majeurs du XIXe siècle. Jeune homme, il s’ouvre les portes des milieux aristocratiques parisiens qu’il ne cessera de fréquenter. Mais des entreprises désastreuses et un train de vie excessif le ruineront rapidement : l’écriture littéraire, pratiquée avec passion et assiduité, deviendra pour lui le seul moyen de rembourser ses dettes.

Ambitieux, il s’attèle à une œuvre monumentale, La Comédie humaine, qui compte plus de quatre-vingt-dix romans, et dont le but est de dresser un portrait exhaustif de la société de son temps (pour « faire concurrence à l’état civil »). Parmi ses romans les plus célèbres, on trouve Le Père Goriot (1835) ou Eugénie Grandet (1833).

Balzac est considéré comme l’un des pères du roman réaliste moderne. Son génie est le fruit d’un travail d’observation minutieux couplé à une imagination débordante : ainsi les intrigues complexes et particulièrement bien articulées se multiplient dans La Comédie humaine, alors que les descriptions témoignent du regard attentif que porte l’auteur sur la société de son époque. En outre, s’il est bien une chose que Balzac exécute avec brio, c’est sans nul doute l’art du portrait : il dote en effet chacun de ses personnages d’une profondeur psychologique profonde en détaillant leur caractère, leurs passions les plus intimes ainsi que leur apparence physique.

Informations techniques

ISBN numérique : 9782806219640-RES

Ces analyses du livre "La Fille aux yeux d'or" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce résumé du livre "La Fille aux yeux d'or" ont également acheté