Comment Wang-Fô fut sauvé : Résumé du livre

4

10 avis

Marguerite Yourcenar Comment Wang-Fô fut sauvé Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Agnès Fleury (rédacteur).

Description du résumé sur Comment Wang-Fô fut sauvé

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Comment Wang-Fô fut sauvé écrit par Marguerite Yourcenar. A télécharger rapidement !

Les genres littéraires qu’elle privilégie (romans historiques et mémoires autobiographiques), son inspiration mythologique et mystique, et son style classique et épuré rendent l’œuvre de Marguerite Yourcenar atypique parmi la littérature du 20e siècle. Les Nouvelles orientales, qu’elle écrit à partir de 1928 en s’inspirant de ses voyages en Grèce, dans les Balkans et en Asie, et qu’elle publie une première fois sous forme de recueil en 1938, s’inscrivent dans cette singularité.

Comment Wang-Fô fut sauvé est la première des dix nouvelles dont est composé ce recueil. Ce titre connaitra par ailleurs un destin particulier car Marguerite Yourcenar l’adaptera elle-même pour les enfants.

Pour en savoir plus sur le livre Comment Wang-Fô fut sauvé, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Comment Wang-Fô fut sauvé"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Comment Wang-Fô fut sauvé de Marguerite Yourcenar, dont voici un extrait :« Ouverture – p. 7Sur une route du royaume de Han, dans la Chine médiévale, deux hommes, le vieux peintre Wang-Fô et son disciple Ling, cheminent au gré des inspirations de l’artiste. Ils sont pauvres. Leurs seuls biens sont les instruments du peintre et leur seule ressource ses œuvres, qu’ils échangent contre un peu de nourriture. Le maitre méprise l’argent. Le disciple respecte le maitre.Retour sur l’histoire de Ling et de sa rencontre avec Wang-Fô – p. 7-11Ling est l’enfant unique de parents aisés qui, avant de mourir prématurément, l’ont installé dans une maison confortable, lui ont choisi une femme douce et aimante, et enfin l’ont laissé mener une vie superficielle et oisive.Ling rencontre Wang-Fô dans une taverne, tandis que le vieil homme peint un ivrogne. Le peintre prend le jeune homme pour compagnon de soirée et, même dans cette atmosphère populaire, parvient à lui faire percevoir la beauté qui réside en toutes choses. En retour, Ling offre au peintre l’hospitalité. »Découvrez la suite dans le document.