Contes fantastiques : Résumé du livre

5

1 avis

Guy de Maupassant Contes fantastiques Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Marie Andreetto (rédacteur).

Description du résumé sur Contes fantastiques

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Contes fantastiques écrit par Guy de Maupassant. A télécharger rapidement !

On estime la publication de La peur et autres contes fantastiques, qui comprend six nouvelles, à 1888. Cet ouvrage est un essai sur la peur et ses manifestations. Les victimes permettent de comprendre l’essence de ce sentiment. Le lecteur est embarqué dans chaque histoire et suit avec l’œil naïf et ébranlé du protagoniste l’ascension de la peur jusqu’au point de non-retour. L’intensité et la simplicité des récits en ont fait le génie et le succès. L’œuvre est d’autant plus captivante que le caractère de Maupassant se retrouve dans ses héros : dandy (Lui ?), fier canotier (Sur l’eau), solitaire et fébrile (Qui sait ?), etc.

Pour en savoir plus sur le livre Contes fantastiques, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Contes fantastiques"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Contes fantastiques de Maupassant, dont voici un extrait :« Le narrateur sympathise avec un vieux canotier qui lui raconte les pouvoirs de la rivière et une de ses mésaventures.Une nuit, alors que le canotier rentre seul sur son bateau, il profite de la tranquillité des environs pour s’allonger et fumer la pipe. D’abord « ému par le silence extraordinaire » (p. 91) qui l’entoure, l’homme passe ensuite de la solennité à l’angoisse : il se sent « balloté comme au milieu d’une tempête » (p. 91), comme si « un être ou un force invisible l’attirait doucement au fond de l’eau » (p. 91), qui est pourtant calme. Le canotier décide alors de rentrer chez lui, mais il lui est impossible de retirer l’ancre : il doit se résoudre à attendre le passage d’un pêcheur. Il se calme, sirote du rhum et fume en riant de sa situation, mais très vite, il ressent une « étrange agitation nerveuse », une sorte d’« effroi bête et inexplicable » (p. 92). Au prix d’efforts mêlés d’angoisse, il finit par s’assoupir devant un spectacle irréel : le brouillard s’est mué sur les berges en une « colline ininterrompue » (p. 94). Quand il se réveille, il a perdu toute notion de temps et d’espace. Puis, enfin, un pêcheur le sauve de sa torpeur. »Découvrez la suite dans le document.