Votre panier est vide

Le Pied de momie et autres nouvelles : Résumé

Rédigé par : Dominique Coutant

Aucun avis

Validé par des experts
Visualiser un extrait Théophile Gautier Le Pied de momie et autres nouvelles Résumé

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Le Pied de momie et autres nouvelles écrit par Théophile Gautier. A télécharger rapidement !

Le recueil étudié comprend trois nouvelles. La première, La Cafetière, parue en 1831, voit Théodore, le narrateur, plongé dans une étrange aventure nocturne au cours de laquelle il tombe amoureux d'une jeune fille qui se métamorphose en cafetière au lever du jour. Le deuxième récit, Omphale, publié en 1834, raconte l'histoire d'un jeune homme séduit par une jolie marquise descendue d'une tapisserie où elle est représentée sous les traits de la reine Omphale. Enfin, paru en 1840, Le Pied de momie relate, avec beaucoup d'humour, l'étrange aventure du narrateur qui se retrouve, en rêve, à demander la main d'une princesse égyptienne dont il vient d'acheter le pied momifié chez un brocanteur.

Ces textes présentent des similitudes qui les apparentent tous trois au genre fantastique, oscillant entre réalisme et surnaturel.

Pour en savoir plus sur le livre Le Pied de momie et autres nouvelles, n'hésitez pas à également consulter :

» Plus d'informations sur cette analyse

Ce document propose un résumé gratuit clair et détaillé du Pied de momie et autres nouvelles de Théophile Gautier, dont voici un extrait :

« Le narrateur, accompagné de deux amis, entreprend un séjour en Normandie. Ils arrivent par une soirée pluvieuse chez leur hôte. Le narrateur éprouve d’emblée une curieuse sensation en pénétrant dans sa chambre, une pièce à la lourde décoration rococo. « Il me sembla que j'entrais dans un monde nouveau » (p. 54), dit-il. De plus, la pièce semble avoir été quittée depuis peu. Peu rassuré, il se met au lit et constate alors d'étranges phénomènes : les personnages des tableaux accrochés au mur commencent à s'animer, les chandelles se rallument toutes seules et une cafetière se dirige vers le feu pour s'installer entre les tisons. « Une terreur insurmontable » (p. 55) s'empare du narrateur.

Soudain, le portrait le plus ancien, qui ressemble au Falstaff de Shakespeare, sort de son cadre et, à l'aide d'une clé, libère tous les autres personnages des tableaux : « petits abbés [...], douairières [...], magistrats » (p. 56) du temps jadis. Ils s'asseyent autour de la table, prennent le café et bavardent. Puis, à minuit, la cafetière disparait et, obéissant à une voix qui a le même timbre que la pendule, les personnages se mettent à danser sur les airs joués par des musiciens représentés dans un des tableaux. Le narrateur ne peut s'empêcher de rire. C’est alors qu’il remarque une femme qui ne danse pas. « Jamais [...] rien d'aussi parfait ne s'était présenté à mes yeux » (p. 58), dit-il. Ébloui, il l'invite à danser, et n'est pas surpris que la jeune fille, Angela, connaisse son prénom, Théodore. Elle est autorisée à danser par la même voix au timbre métallique, qui l'avertit cependant : « Vous savez ce qui en résultera. » (p. 59) Fou de bonheur, le narrateur danse gracieusement avec Angela.»

Découvrez la suite dans le document.

  • Gratuit
    Format pdf
ISBN numérique: 9782806237187-RES