Théophile Gautier

Biographie de Théophile Gautier

Théophile Gautier, né en 1811 à Tarbes et mort en 1872 à Neuilly-sur-Seine, est un écrivain romancier et poète français, auteur de textes fantastiques (La cafetière, Aria Marcella, Le roman de la momie), de poèmes (Émaux et camées) et du roman de cape et d’épée Le Capitaine Fracasse.

Scolarisé au Collège de Charlemagne où il rencontre Nerval, il est tout de suite intéressé par la poésie puis par la carrière de peintre. Il rejoint Victor Hugo pour défendre l’idéal romantique, notamment lors de la bataille d'Hernani en 1830. C'est en 1831 qu'il publie ses premières oeuvres poétiques qui ne rencontrent pas de succès immédiat. Il devient ensuite un des précurseurs du mouvement littéraire de « l’art pour l’art », qui privilégie en poésie la perfection de la forme plutôt que le sujet. Il collabore également avec de nombreux journaux comme La Chronique de Paris où il publie des critiques d’art et certaines de ses nouvelles. Baudelaire le considère comme un très grand poète et lui dédie son recueil Les Fleurs du mal en 1857.

Il meurt le 23 octobre 1872 à la suite d'une maladie et est enterré au cimetière de Montmartre.

Citations de Théophile Gautier

  • « Edwige pâlissait, pâlissait comme les lis du clair de lune ; Edwige rougissait, rougissait comme les roses de l'aurore, et se laissait aller en arrière dans son grand fauteuil, languissante, à demi-morte, enivrée comme si elle avait respiré le parfum fatal de ces fleurs qui font mourir. » (Le Chevalier double)
  • « Ses yeux étaient un poème dont chaque regard formait un chant. » (La Morte amoureuse)
  • « J'aurais voulu pouvoir ramasser ma vie en un monceau pour la lui donner et souffler sur sa dépouille glacée la flamme qui me dévorait. » (La Morte amoureuse)
  • « Les sages ont, depuis longtemps, renoncé à expliquer le coeur des femmes ; ils possèdent l'astronomie, l'astrologie, l'arithmétique ; ils connaissent le thème natal de l'univers, et peuvent dire le domicile des planètes au moment même de la création de l'univers. […] Mais ils ignorent entièrement pourquoi une femme préfère un homme à un autre, un misérable Israélite à un Pharaon illustre. » (Le Roman de la momie)
  • « Une prodigieuse rumeur, sourde, profonde et puissante comme celle d'une mer qui approche, se fit entendre dans le lointain et couvrit les mille susurrements de la foule : ainsi le rugissement d'un lion fait taire les miaulements d'une troupe de chacals. » (Le Roman de la momie)
  • « Nous devions nous aimer, c'était écrit là-haut. Les âmes soeurs finissent par se trouver quand elles savent s'attendre. » (Le Capitaine Fracasse)
Voir une image de l'auteur