Mes départs

Mes départs : Résumé du livre

3 avis
Description du résumé sur Mes départs (Panaït Istrati)

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Mes départs de Panaït Istrati, dont voici un extrait :

« Le narrateur se rappelle avec amertume ses années d'école. Élève médiocre, il se souvient du seul maitre qu'il ait apprécié, celui qui lui a appris à lire. Ce dernier lui conseille de poursuivre ses études, mais il refuse car il veut gagner sa vie pour aider sa mère, qui est veuve. Il fait alors ses « premiers pas dans l'arène où la lutte est ardue pour le pauvre » (p. 17). Conscient d'abandonner son enfance et de devoir renoncer aux longues promenades dans la nature qu’il apprécie tant, il s'embauche comme garçon de cabaret dans la taverne grecque de Kir Léonida, qui y travaille avec son père, Barbo Zanetto. Il doit pour cela braver sa mère qui craint qu'il ne quitte trop vite son patron et passe ainsi pour un bon à rien aux yeux du quartier, mais « tout enfant est un révolutionnaire » (p. 27), dit le narrateur, regrettant que la société étouffe chez les jeunes cette énergie vitale. »

Découvrez la suite dans le document.

 

 

Voir plus
Que puis-je trouver dans ce résumé sur "Mes départs"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Mes départs de Panaït Istrati, dont voici un extrait :

« Le narrateur se rappelle avec amertume ses années d'école. Élève médiocre, il se souvient du seul maitre qu'il ait apprécié, celui qui lui a appris à lire. Ce dernier lui conseille de poursuivre ses études, mais il refuse car il veut gagner sa vie pour aider sa mère, qui est veuve. Il fait alors ses « premiers pas dans l'arène où la lutte est ardue pour le pauvre » (p. 17). Conscient d'abandonner son enfance et de devoir renoncer aux longues promenades dans la nature qu’il apprécie tant, il s'embauche comme garçon de cabaret dans la taverne grecque de Kir Léonida, qui y travaille avec son père, Barbo Zanetto. Il doit pour cela braver sa mère qui craint qu'il ne quitte trop vite son patron et passe ainsi pour un bon à rien aux yeux du quartier, mais « tout enfant est un révolutionnaire » (p. 27), dit le narrateur, regrettant que la société étouffe chez les jeunes cette énergie vitale. »

Découvrez la suite dans le document.

 

 

A propos du livre "Mes départs"

Parue en 1927, l’œuvre Mes départs fait partie du recueil La Jeunesse d'Adrien Zograffi. Dans ce récit autobiographique, l’auteur-narrateur évoque ses difficiles débuts dans la vie. D'abord serveur dans une taverne grecque en Roumanie, il raconte les peines endurées et sa rencontre avec un vieux marin qui le sauve du désespoir. La deuxième partie du livre, séparée de la première par une ellipse narrative de quelques années, relate le voyage mouvementé du personnage, qui veut gagner la France et échoue finalement en Égypte.

Panaït Istrati

Panaït Istrati, né en 1884 en Roumanie, est un auteur de langue française, qu'il a apprise en autodidacte. Pendant sa jeunesse errante, il pratique de nombreux petits métiers mais n'abandonne jamais son penchant pour la lecture. Ses nombreux voyages le mènent en France où, en 1921, il écrit à Romain Rolland qui l'encourage à exploiter sa plume et l'aide à publier ses premières œuvres : c’est le début de son cycle autobiographique, paru entre 1924 et 1928, Les Récits d'Adrien Zograffi, son double littéraire. Écrivain engagé aux côtés des opprimés, il adhère également au parti communiste, avant de revenir en Roumanie en 1935, où il meurt de la tuberculose. Son œuvre, tombée dans l'oubli pendant plusieurs décennies, est peu à peu rééditée en France à partir de 1960.

Informations techniques

ISBN numérique : 9782806237200-RES

Ces analyses du livre "Mes départs" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce résumé du livre "Mes départs" ont également acheté