Allah n'est pas obligé : Résumé du livre

5

9 avis

Ahmadou Kourouma Allah n'est pas obligé Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Daphné Troniseck (rédacteur).

Description du résumé sur Allah n'est pas obligé

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Allah n'est pas obligé écrit par Ahmadou Kourouma. A télécharger rapidement !

Publié en 2000, Allah n’est pas obligé raconte l’enfance de Birahima, un garçon devenu soldat pour survivre dans une Afrique de l’Ouest ravagée par les guerres tribales. Avec son langage d’enfant – qu’il enrichit tout de même à l’aide de plusieurs dictionnaires –, le narrateur raconte sa vie de damné, une vie qu’il n’a pas choisie. L’objectif évident de l’écrivain est de dénoncer les guerres et de faire état de cette violence qui ravage le continent subsaharien et qui mène à la décomposition de ses structures culturelles et traditionnelles, dans un récit mêlant fiction et authenticité.

Auteur de quatre romans, c’est grâce à Allah n’est pas obligé qu’Ahmadou Kourouma sera considéré comme l’un des plus grands auteurs de la littérature africaine.

Pour en savoir plus sur le livre Allah n'est pas obligé, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Allah n'est pas obligé"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Allah n'est pas obligé d'Ahmadou Kourouma, dont voici un extrait :

« Birahima est né à Togobala, un petit village que l’on suppose situé en Guinée. Il y vit avec sa mère, Bafitini, souffrant d’un ulcère à la jambe droite qui ne guérit pas. Elle est d’ailleurs contrainte d’avancer sur les fesses en s’aidant de ses mains, et en tenant sa jambe invalide en l’air.

Les habitants d’un village voisin racontent à Birahima que sa mère alimente l’ulcère de sa jambe en mangeant les âmes et que c’est la raison pour laquelle elle reste malade. Cette révélation perturbe le petit garçon qui fuit sa mère, bien qu’on lui assure que cette rumeur ne peut être vraie puisqu’ils sont malinkés, des Africains musulmans venus du Niger, et non féticheurs.»