Mein Kampf : Résumé du livre

4.5

8 avis

Adolf Hitler Mein Kampf Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Julien Noël (rédacteur).

Description du résumé sur Mein Kampf

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Mein Kampf écrit par Adolf Hitler. A télécharger rapidement !

Cette fiche de lecture consacrée à Mein Kampf d’Adolf Hitler est un outil de référence idéal proposé par la collection du PetitLittéraire.fr. Elle regroupe en quelques pages seulement une analyse détaillée de l’ouvrage (au format PDF) et un résumé complet des différents chapitres qui le constituent. Les principaux arguments d’Hitler dans ce manifeste du nazisme sont mis en évidence et étudiés méticuleusement ; le lecteur découvre également plus en détails le contexte historique et les motivations du futur Fürher. Une critique est apportée par plusieurs clés de lecture, qui offrent une analyse intéressante de l’œuvre, des idées qui y sont transmises et des moyens utilisés pour le faire. Les pistes de réflexion qui referment ce petit livre aident enfin le lecteur à approfondir son étude de l’ouvrage d’Adolf Hitler.

Pour en savoir plus sur le livre Mein Kampf, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Mein Kampf"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Mein Kampf de Adolf Hitler, dont voici un extrait :

Si le titre de cet ouvrage laisse supposer l’unicité de la lutte qu’il décrit, il n’en est rien dans la réalité du texte. Adolf Hitler suit en cela rigoureusement un principe qu’il édicte, selon lequel « l’art de tous les vrais chefs du peuple de tous les temps consiste surtout à concentrer l’attention du peuple sur un seul adversaire, à ne pas le laisser se disperser » (p. 122). Soucieux d’ainsi « suggérer au peuple que les ennemis les plus différents appartiennent à la même catégorie » (p. 122), il amalgame une prétendue lutte unique contre les Juifs au souci de se débarrasser des multiples adversaires de son parti : le marxisme, la presse et le régime parlementaire, qu’il présente comme gangrenés par la race honnie et dès lors devenus autant de têtes de « l’hydre juive » (p. 635 et 660).