Adolf Hitler

Biographie de Adolf Hitler

Adolf Hitler est né le 20 avril 1889 en Autriche-Hongrie, dans la ville de Braunau am Inn, proche des limites de l’Allemagne. Peu de sources sont fiables et exhaustives concernant l’enfance du dictateur du Troisième Reich. Hitler est âgé de 6 ans lorsque ses parents déménagent de l’autre côté de la frontière, à Lambach, où Hitler suivra toute sa scolarité. S’il est bon élève dans un premier temps, ses résultats scolaires deviennent médiocres à l’adolescence, une période qui est également marquée par une relation qui devient conflictuelle avec son père. Ce dernier décède lorsqu’il Hitler a 14 ans, et c’est sa mère qui devient alors sa tutrice. Elle place son fils dans une pension à Linz, dans le Nord de l’Autriche, et Hitler côtoie alors la société autrichienne pangermaniste. Il montre déjà à cette époque des signes d’un caractère buté, irascible, qui peine à se maitriser.

Mauvais élève, il change d’établissement scolaire mais, devant ses maigres résultats, il décide d’arrêter l’école en plein cursus, sous le prétexte de problèmes de santé. Débute alors une vie de bohème : Hitler est tenté par le dandysme, vit comme un artiste, boit et fume beaucoup. Lors d’un séjour à Vienne, il se rend à l’opéra où il découvre l’œuvre de Richard Wagner, à laquelle il fera abondamment référence dans son manifeste du nazisme et qu’il utilisera pour sa propagande en général. À deux reprises, Hitler, qui se rêve artiste-peintre ou architecte, présente le concours pour entrer à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne, mais il est systématiquement recalé. Sans le sou, sa mère étant décédée, il vit à la rue une existence de marginal, subsistant en vendant des peintures.

Hitler part ensuite pour Munich, afin d’échapper au service militaire, et continue à vivre de ses piètres tableaux. Paradoxalement, pendant la Première Guerre mondiale, il s’engage comme volontaire et occupe la position d’estafette. Le soldat Hitler a la réputation d’un caractère difficile et vit isolé de ses compagnons. À la fin de la guerre, Hitler souhaite rester dans l’armée et découvre peu à peu ses qualités d’orateur et de propagandiste. Il adhère alors en 1919 au Parti ouvrier allemand et le rebaptise un an plus tard Parti national-socialiste des travailleurs allemands. Il exprime clairement son antisémitisme, son anticommunisme et sa volonté nationaliste et devient l’orateur principal du parti. Cette position de dirigeant du parti nazi et le culte que de nombreux adhérents lui vouent ne font que renforcer sa personnalité narcissique et mégalomane. Dès les années vingt, il organise une propagande violente mais efficace.

Début novembre 1923, il est à la tête du putsch de la Brasserie, une tentative de coup d’État à Munich, et le parti national-socialiste est interdit. Hitler est emprisonné dans l’établissement pénitentiaire de Lansberg am Lech et profite de cette « opportunité » pour rédiger son œuvre de propagande, véritable manifeste du nazisme : Mein Kampf. Il y pose les bases de son idéologie dévastatrice. À sa sortie de prison, il reconstruit progressivement son parti et crée la SS, une troupe d’élite nazie. Dès 1929, le contexte de crise dans lequel se trouve l’Allemagne, et les faiblesses de ses opposants permettent à Hitler de gagner du terrain et, le 30 janvier 1933, il est nommé chancelier de la République de Weimar et accède ainsi au pouvoir.

Dès lors, Hitler abolit la démocratie et installe un parti totalitaire nazi en Allemagne. Il ouvre des camps de concentration et crée la Gestapo. Il souhaite « purifier » la race allemande : il s’en prend aux Juifs, les destituant de leurs emplois, aux handicapés, qu’il souhaite stériliser, et aux homosexuels, qui subissent les pires tortures. Un culte se crée autour de sa personne, comme un Führer (« guide ») qui aurait sauvé l’Allemagne. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la peste brune s’étend sur une grande partie de l’Europe et Hitler lance un génocide du peuple juif, la Shoah, mais s’en prend aussi au Tsiganes, aux homosexuels et aux opposants à son régime. En 1945, les armées alliée et soviétique commencent à gagner du terrain et, Hitler, sentant la fin de son règne approcher, se suicide le 30 avril dans son bunker de Berlin.

Citations de Adolf Hitler