Le Grand Meaulnes

Commentaire

Le Grand Meaulnes sur Le chapitre 1

Auteur : Alain Fournier

Analyse de : Gwénola de Dortan

4.5/5 (1 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ /mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Extrait de l'analyse du livre Le Grand Meaulnes
Structure de ce commentaire du livre
  • Texte étudié (3 pages)

    Le passage du chapitre 1 du Grand Meaulnes reproduit

  • Mise en contexte (1 pages)

    Quelques éclairages pour mieux aborder l’analyse de l’extrait

  • Commentaire (3 pages)

    Le texte étudié à la lumière des thèmes de l’appel à l’aventure, de l’appel au merveilleux et des figures de Millie, de Madame Meaulnes, de François Seurel, d’Augustin Meaulnes et des pères

Que puis-je trouver dans ce commentaire sur "Le Grand Meaulnes"

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie du chapitre 1 du Grand Meaulnes d’Alain Fournier, avec le texte étudié, une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de ce grand classique.

Dans le premier chapitre du Grand Meaulnes, François Seurel, fils d’instituteurs, rencontre un mystérieux adolescent qui va loger chez lui pendant l’année scolaire. Cette arrivée impromptue va pousser le jeune héros à l’aventure et à la découverte de la vie. Ce chapitre, en seulement quelques pages, prépare entièrement le lecteur à l’intégralité du roman. On y retrouve deux des trois thèmes principaux de l’œuvre : l’aventure et l’initiation.

Après une mise en contexte dans laquelle on situe l’extrait dans le reste du roman, le commentaire composé s’intéresse aux différents personnages présentés dans ce premier chapitre, et aux deux thèmes importants développés dans le passage : l’aventure, autrement dit l’évasion provoquée par le cadre géographique, et le merveilleux.

A propos du livre "Le Grand Meaulnes"

Publié en 1913, Le Grand Meaulnes est considéré comme l’unique roman d’Alain-Fournier. Il raconte comment l’arrivée du mystérieux Augustin Meaulnes vient perturber l’existence de François Seurel, fils d’un instituteur de Sainte-Agathe, dont l’enfance est sur le point de se terminer. L’action du roman se déroule dans la région natale de l’auteur, en Sologne.

Le roman parait d’abord dans La Nouvelle Revue Française, puis en volume chez Emile-Paul, et frôle le prix Goncourt. En 1999, il est classé à la 9e place des 100 meilleurs livres du XXe siècle. Vendu à environ 5 millions d’exemplaires, il est considéré comme un chef-d’œuvre.

Alain Fournier

Alain Fournier, Henri-Alban de son vrai prénom, est né le 3 octobre 1886 à La Chapelle-d’Angillon en France. Ses parents étant tous les deux instituteurs, le jeune enfant est élevé dans un climat propice à l’étude et plus précisément aux lettres. Il entre au lycée Voltaire de Paris en 1898 où il excelle dans la plupart des matières.

Si en 1901, il se passionne soudainement pour la marine, il y renoncera rapidement pour finalement étudier la littérature afin d’entrer à l’École normale supérieure. Durant cette période, il se lie d’amitié avec Jacques Rivière, futur directeur de la NRF, avec qui il entretient une longue correspondance. En 1905, il tombe fou amoureux d’Yvonne de Quiévrecourt, qui malheureusement épouse un autre homme l’année suivante – c’est à elle qu’il fait référence avec le personnage d’Yvonne de Galais dans son œuvre majeure, Le Grand Meaulnes.

Après avoir échoué au concours de l’École normale supérieure, il effectue son service militaire et s’engage ensuite comme chroniqueur pour le Paris-Journal en 1910. Tout en rencontrant des personnalités influentes du monde littéraire, telles qu’André Gide, Jacques Copeau ou Marguerite Audoux, il commence à publier des poèmes, des essais, des contes, et surtout Le Grand Meaulnes, qui sort en 1913 et qui le consacrera auprès de ses pairs. Cette même année, il entretient une liaison avec la comédienne Pauline Benda, connu sous le nom de Madame Simone. Durant cette période, il entreprend l’écriture d’un second roman, Colombe blanche, qu’il ne terminera jamais.

Lieutenant de réserve, il est mobilisé au début de la Première Guerre mondiale et se rend dans la région des Hauts de Meuse. C’est lors d’une attaque lancée contre les Allemands qu’Alain Fournier décède en septembre 1914, à l’âge de 28 ans. Décoré à titre posthume par la Croix de guerre et nommé chevalier de la Légion d’honneur, le jeune écrivain jouit d’un certain succès grâce sa mort pour son unique roman, Le Grand Meaulnes. Cette œuvre continue d’être largement lue par le public français contemporain et d’autres écrits de l’auteur sont aujourd’hui publiés, tels que ses poèmes et ses correspondances.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806236128

ISBN numérique : 9782806232878

Ces analyses du livre "Le Grand Meaulnes" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce commentaire du livre "Le Grand Meaulnes" ont également acheté