Eldorado : Résumé du livre

5

10 avis

Laurent Gaudé Eldorado Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Agnès Fleury (rédacteur).

Description du résumé sur Eldorado

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Eldorado écrit par Laurent Gaudé. A télécharger rapidement !

S’appuyant sur des articles de presse traitant de l’émigration clandestine en Méditerranée, Laurent Gaudé écrit Eldorado en 2005. Cette même année, ont lieu les « évènements de Ceuta et Melilla ». 500 migrants subsahariens tentent de franchir les grillages barbelés de ces deux enclaves espagnoles dans le nord du Maroc, faisant de nombreux morts.

Ce contexte en toile de fond, Eldorado est le récit mêlé de deux hommes pris entre voyage initiatique et quête de soi. Les trajectoires opposées d’un commandant de la marine italienne à la dérive en direction du sud et d’un candidat à l’émigration clandestine vers le nord se croisent et  se poursuivent inéluctablement vers leurs destinations : la déshumanisation et la mort pour l’un, le chemin vers la liberté et l’humanité pour l’autre.

Pour en savoir plus sur le livre Eldorado, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "Eldorado"

Ce document propose un résumé clair et détaillé d'Eldorado de Laurent Gaudé, dont voici un extrait :

« Commandant de la marine militaire italienne, Salvatore Piracci profite de sa permission à terre pour se promener dans les rues de Catane (Sicile). Une femme aux allures de fantôme le suit jusque chez lui. Arrivés devant sa demeure, celle-ci lui rappelle qu’ils se sont déjà rencontrés en 2004, lorsque son équipage avait intercepté au large des côtes italiennes, Le Vittoria, un navire libanais à la dérive depuis trois jours, chargé d’émigrants. Beaucoup d’entre eux avaient péri, dont son fils de 11 mois, mort de soif entre ses bras et jeté par-dessus bord. Cette femme crie vengeance et demande une arme au commandant pour tuer l’homme d’affaires syrien qui avait affrété ce navire et l’avait abandonné délibérément en pleine mer (« Damas affrète un navire de crève-la-faim qu’il lance à l’assaut de la forteresse européenne », p. 33). Piracci tente de la dissuader, puis cède face à sa détermination (« Elle était comme un bloc dur de volonté », p. 42). La femme disparait, laissant le commandant vide (« D’un vide confortable qui le dégoûtait », ibid.). »

Découvrez la suite dans le document.