Gudule

Biographie de Gudule

Née à Bruxelles en 1945 et morte en 2015, Anne Duguël, pseudonyme d’Anne Liger- Belair, également connue sous le nom de Gudule ou Anne Carali, est une auteure belge francophone. Principalement tournée vers la littérature de jeunesse, l'écrivaine écrit également des romans destinés à un public adulte. Par ailleurs, ce sont les auteurs Jean Ray et Michel de Ghelderode qui lui inspirent les thèmes de l'étrange et de l'irrationnel que l'on retrouve dans l'ensemble de son oeuvre.

Après des études en arts décoratifs, elle passe cinq ans au Moyen-Orient où elle travaille en tant que journaliste et costumière. De retour, en France, elle collabore avec divers magazines (Pomme d'api, Charlie Hebdo, L'Echo des savanes) et anime des émissions radio, notamment sur la bande dessinée, sur Radio Libertaire.

En 1987 parait son premier ouvrage : Prince charmant… poil aux dents, un album pour les jeunes enfants. Depuis, elle écrit des romans pour la jeunesse (sous son pseudonyme Gudule) et pour les adultes (sous son nom), mais est également auteure de scénarios de bande dessinée. Ses romans rencontrent un immense succès et ont reçu des prix à plusieurs reprises. Elle tient d'ailleurs son originalité dans les thèmes forts qu'elle abordent, tels que la séropositivité en milieu scolaire ou l'enfance maltraitée par exemple.

Sa nouvelle pour enfants, La petite fille qui mordait ses poupées (2003), a fait l'objet d'une adaptation sous la forme d'un court-métrage, réalisé par Jonathan Rio.

Enfin, ses livres pour adultes se démarquent par leur humour macabre et les thèmes tout aussi forts que ceux qu'elle abordent dans ses romans jeunesse : la peur, les angoisses, les troubles psychiques ou encore la possession et la jalousie. Le tout dans un genre policier ou fantastique.

Citations de Gudule

  • « Nous marchions droit devant nous, sans savoir où nous allions. Peu importait, d'ailleurs, puisque nous étions ensemble. Quand on s'aime, on est bien n'importe où ! » (La Bibliothécaire)
  • « Les pires cauchemars sont ceux qui se passent dans la réalité. » (La petite fille aux araignées)
  • « Il ne faut jamais sous-estimer un cœur d'adolescente. » (J'ai 14 ans et je suis détestable)
  • « Il y a des moments où la chaleur d'une amitié, une main tendue, un sourire sincère sont aussi nécessaires que l'oxygène que l'on respire. » (La Bibliothécaire)
  • « J'ai l'impression que les livres ont des passages secrets qui les relient les uns aux autres. » (La Bibliothécaire)