Lois Lowry

Biographie de Lois Lowry

Née le 20 mars 1937 à Honolulu à Hawaii, Lois Lowry est une auteure américaine spécialisée dans la littérature jeunesse. Fille d’un père militaire (dentiste dans l'armée américaine) et plus tard épouse d’un officier de marine, elle voyage beaucoup dès son plus jeune âge. En effet, la future écrivaine habitera à Miami puis à Tokyo au Japon avant de débuter ses études à New York et à l'université Brown de Rhode Island. Lois Lowry mettra fin à ses études au bout de deux ans, puis les reprendra quelques années plus tard.

C’est assez tardivement qu’elle se passionne pour l’écriture. Elle publie son premier roman, Anastasia Krupnik, en 1979, et obtient la médaille Newberry dix ans plus tard pour la publication de Compte les étoiles. Cette distinction prestigieuse dans le monde de la littérature jeunesse aux États-Unis lui sera attribuée une seconde fois en 1994, pour son roman Le Passeur.

Egalement photographe et journaliste indépendante, l'auteure vit actuellement à Cambridge dans le Massachusetts.

Citations de Lois Lowry

  • « Ce qu'il y a de pire quand on détient les souvenirs, ce n'est pas la douleur. C'est la solitude dans laquelle on se trouve. Les souvenirs sont faits pour être partagés. » (Le Passeur)
  • « La communauté où il avait passée l'intégralité de sa vie était maintenant derrière lui, endormie. A l'aube, la vie ordonnée et disciplinée qu'il avait toujours connue continuerait sans lui. La vie où il ne se passait jamais rien d’inattendu. Ni d'importun. Ni n'inhabituel. La vie sans couleur, sans douleur, sans passé. » (Le Passeur)
  • « La peur faisait toujours intimement partie de la vie des gens. Par ce qu'ils avaient peur, ils construisaient des abris, cherchaient de la nourriture, faisaient pousser des choses. Pour la même raison, ils emmagasinaient des armes, au cas où. Ils avaient aussi peur du froid, de la faim et de la maladie. Et des bêtes. » (L'Elue)
  • « Nous ne pouvons pas prendre le risque de laisser les gens faire des choix. » (Le Passeur)
  • « Le temps ne s'arrête pas, votre vie est toujours là qui continue et il faut la vivre. Après quelques temps, vous vous rappelez les bons moments plus souvent que les mauvais. Peu à peu, ce grand vide silencieux en vous se remplit à nouveau du bruit des conversations et des rires, les larmes ébréchées du chagrin s'émoussent sous les souvenirs. » (Un été pour mourir)
Voir une image de l'auteur