Jean Cocteau

Biographie de Jean Cocteau

Jean Cocteau, Clément Eugène Jean Maurice Cocteau de son nom complet, est né le 5 juillet 1889 à Maisons-Laffitte en France. Issu d’une famille bourgeoise, il est élevé, tout comme son frère et sa sœur, principalement par sa mère car son père se suicide alors qu’il est âgé seulement de 9 ans. En 1904, il est envoyé au lycée Condorcet de Paris, mais ne montre aucun intérêt pour les études et se fait même renvoyer de l’établissement.

Après avoir finalement réussi à décrocher son baccalauréat, il finance la publication de son premier recueil de poèmes, La Lampe d’Aladin, en 1909, et sort l’année suivante Le Prince frivole. Avec ces deux ouvrages, il pénètre dans le cercle artistique de la capitale et se passionne pour les ballets russes. Il fait ainsi la connaissance de Serge de Diaghilev, de Léon Bakst et de Vaslav Nijinsky. Sous leur influence, il écrit deux ballets : Le Dieu bleu (1912) et Parade (1917). Collaborateur du mouvement dada et, surtout, porte-parole du groupe des Six, Jean Cocteau inspirera par ses œuvres les fondateurs du mouvement surréaliste, tels que Guillaume Apollinaire, André Breton et Philippe Soupault.

Au début de la Première Guerre mondiale, il participe au combat en tant qu’ambulancier. Du fait de problèmes de santé, il est démobilisé et retourne poursuivre sa carrière artistique à Paris. Il rencontre dans les années vingt Raymond Radiguet, Marcel Proust, André Gide et Maurice Barrès. Il écrit pendant cette période autant des poèmes, que des romans et des ballets : Mariés de la tour Eiffel (1921), eVocabulaire (1922), Le Secret professionnel (1922), Thomas l’imposteur (1923), ou encore Les Enfants terribles (1929).

Les années trente sont marquées par la rencontre de plusieurs personnes qui laissent de grandes impressions chez Jean Cocteau et qui influenceront son œuvre. Citons par exemple, Nathalie Paley, avec qui il a une liaison, Marcel Khill, Jean Marais, Edouard Dermot, Edith Piaf, Picasso et Coco Chanel. Avant la Seconde Guerre mondiale, il écrit notamment Le Passé défini (1933), Mon premier voyage (1936), Les Parents terribles (1938) et Le Bel Indifférent (1940). Sa position durant l’Occupation reste floue et beaucoup l’ont suspecté de collaborer avec les Allemands.

Après l’armistice, l’artiste s’intéresse à la photographie, au cinéma et au dessin. Il réalisera ainsi en 1946 le film La Belle et la Bête, présidera le festival de Cannes en 1954 et 1955, sera élu à l’Académie française en 1955, commencera à dessiner de grandes fresques dans la villa de Francine Weisweiller et s’initiera à la peinture à l’huile.

Dans les années soixante, il réalise Le Testament d’Orphée (1960) avec l’aide de François Truffaut et défend le droit à l’objection de conscience avec d’autres intellectuels de l’époque tels qu’Albert Camus ou Jean Giono. Il décède le 11 octobre 1963 en laissant derrière lui une importante œuvre de plus de cent écrits.

Jean Cocteau est l’un des artistes ayant le plus marqué le paysage culture de la France au XXe siècle. S’il revendique avant tout le fait qu’il était un poète, il a également réalisé de nombreuses peintures, écrits ballets, pièces de théâtre et romans et a lancé plusieurs personnalités dans le monde artistique et de la mode.

Citations de Jean Cocteau

« Il est court le chemin de la flamme à la neige du rouge au blanc du blanc au bleu. Si le feu brulait ma maison qu'emporterai-je ? J’aimerais emporter le feu. » (Clair-obscur)

« Si je n'étais pas reine, je serais anarchiste. En somme je suis une reine anarchiste. C'est ce qui fait que la cour me dénigre et c'est ce qui fait que le peuple m'aime. » (L’Aigle à deux têtes)

« Beaucoup d'hommes naissent aveugles et ils ne s'en aperçoivent que le jour où une bonne vérité leur crève les yeux. » (La Machine infernale)

« Les privilèges de la beauté sont immenses. Elle agit même sur ceux qui ne la constatent pas. » (Les Enfants terribles)

« Il est impossible de ne pas comprendre que nous parcourons une entourée de vide. »  (Mon premier voyage)

Voir une image de l'auteur