Jean-Claude Mourlevat

Biographie de Jean-Claude Mourlevat

Jean-Claude Mourlevat est né le 22 mars 1952 à Ambert, en Auvergne, d'un père meunier et d'une mère femme au foyer. Il est issu d'une grande fratrie puisqu'il a cinq frères et soeurs. Tous ont grandi dans la ferme de leurs parents et sont restés très proches. 

L'auteur ne garde pas un bon souvenir de son adolescence. Interné au pensionnat du lycée Blaise Pascal à Ambert à partir de septembre 1962, le jeune garçon y est maltraité par ses camarades. Il racontera ses années douloureuses dans son récit autobiographie intitulé Je voudrais rentrer à la maison (2002). Le baccalauréat en poche, Mourlevat a suivi des études dans plusieurs grandes villes (Strasbourg, Toulouse, Stuttgart ou encore Paris) puis a obtenu le CAPES en 1976.

Mourlevat étudie l’allemand avant de l’enseigner durant une dizaine d’années. Entre 1976 et 1985, il a enseigné en Auvergne, puis à Hambourg en Allemagne et enfin en Normandie. Véritable vocation, l'auteur déclare sur son site internet avoir été un « professeur heureux ».

Après avoir mis un terme à sa carrière d’enseignant en 1986, il commence une formation théâtrale qui aboutira à un spectacle de clown (nommé Anatole) interprété à plus de 600 reprises dans toute la France. Il a également joué un autre personnage clownesque nommé Guedoulde à partir de 1990. Du jeu, il passe ensuite à la mise en scène avec la compagnie Metafor et finalement, en 1997, à l’écriture avec son premier roman intitulé Histoire de l'enfant et de l'oeuf.

On lui doit plus d’une dizaine de romans, dont une grande partie pour un jeune public, mais également des nouvelles et une autobiographie. Il traduit par ailleurs de l’allemand des ouvrages pour la jeunesse. Disponible dans de nombreuses langues, son oeuvre connait un réel succès en littérature jeunesse. Il a d'ailleurs reçu de nombreux prix comme, par exemple, le prix des Incorruptibles, le prix Sorcières ou encore le prix Utopiales européen jeunesse.

En 2013 il a été nommé ambassadeur des Pépites 2013 du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Citations de Jean-Claude Mourlevat

  • « Nous sommes soeurs, aussi fragiles que les ailes du papillon, mais nous pouvons faire disparaître le monde. Qui sommes-nous ? » (La Rivière à l'envers)
  • « Cette rivière prend sa source dans l'océan, tu comprends ? Au lieu de s'y jeter, elle en sort. Un peu comme si elle aspirait l'eau de la mer. A son début, elle est large comme un fleuve. On dit qu'à cet endroit-là des arbres étranges poussent sur ses rives. Des arbres qui s'étirent le matin et poussent des soupirs le soir. Et il y aurait là des variétés d'animaux tout à fait inconnues ailleurs. » (La Rivière à l'envers)
  • « On découvre le paradis quand on le perd, et le nid quand on en tombe. » (Le combat d'hiver)
  • « On ne devrait se dire que des choses personnelles. Le reste n'est pas très intéressant. N'est-ce pas ? » (Terrienne)
  • « Mais puisqu'il faut un dernier mot, moi, la bavarde, je choisirai le plus joli de tous. Je l'ai appris dans le désert. Il se prononce silence. » (La Rivière à l'envers)