Helen Fielding

Biographie de Helen Fielding

Helen Fielding est une romancière et scénariste anglaise née le 19 février 1958 à Morley, une ville du nord de l’Angleterre spécialisée dans l’industrie du tissu. La mère d’Helen vit toujours dans le Yorkshire et son père, qui est décédé en 1982 dans un accident de voiture, a été le directeur général d’une usine de textile de sa ville. Elle a grandi dans une fratrie de quatre enfants, entourée de ses deux frères David et Richard et de sa sœur Jane. Elle suit des cours à la Wakefield Girls’ High School, un lycée pour filles réputé pour son enseignement. Elle étudie ensuite l’anglais au St Anne’s College de l’université d’Oxford, où elle fait la connaissance de Richard Curtis (réalisateur et scénariste britannique, né en 1956) et de Rowan Atkinson (acteur britannique mondialement connu pour son célèbre personnage de M. Bean, né en 1955) avec qui elle noue une amitié durable.

Dès 1979, elle travaille comme journaliste pour la chaîne de télévision britannique BBC. Elle devient ensuite directrice de production pour des programmes de divertissement ou destinés aux enfants. Elle participe également à la production de documentaires et d’émissions caritatives de collecte de fonds en faveur des populations africaines, notamment Comic Relief. En 1989, elle est reporter pour le documentaire Where Hunger is a Weapon, consacré à la guerre des rebelles dans le sud du Soudan. Elle s’inspire de ces expériences pour trouver la matière de son premier roman, Cause Celeb, publié en 1994.

De 1990 à 1999, Helen Fielding travaille en tant que journaliste et chroniqueuse de différents journaux nationaux tels que The Sunday Times, The Telegraph ou encore The Independent. C’est pour ce dernier qu’elle commence en 1995 la rédaction anonyme d’une chronique hebdomadaire à la manière d’un journal intime d’une trentenaire célibataire qui recherche désespérément l’amour : Bridget Jones. Sa colonne connaît un si grand succès qu’elle décide de publier Le Journal de Bridget Jones sous la forme d’un roman en 1996. Elle y donne une suite en 1999 avec Bridget Jones : L’Âge de raison. Ces deux opus suscitent un engouement mondial, qui conduit à leur adaptation cinématographique en 2001 pour le premier tome et en 2004 pour le second. L’auteure participe à l’écriture scénaristique des deux volets sur grand écran. Elle écrit un quatrième roman en 2003, Olivia Joules ou l’imagination hyperactive, qui est une parodie des romans d’espions. Suite aux demandes insistantes des fans de sa célèbre anti-héroïne Bridget Jones, elle publie un troisième tome intitulé Folle de lui en 2013. Le bestseller a été traduit en 32 langues.

Helen Fielding partage sa vie entre l’Angleterre et les États-Unis. Elle connaît une histoire d’amour avec Richard Curtis, le scénariste des films Quatre mariages et un enterrement et Coup de foudre à Notting Hill. Mais, à partir de 1999 et pendant dix ans, elle construit une relation avec Kevin Curran, un des scénaristes et producteurs exécutifs de la série télévisée Les Simpsons. Ils ont deux enfants ensemble : Dashiell Michael, qui est né en février 2004, et Romy, née en juillet 2006. En 2014, l’auteure fait partie des vingt écrivains qui figurent sur la liste des 500 personnalités les plus influentes de Grande-Bretagne, publiée par le Sunday Times. Elle apparaît également parmi les 1000 Londoniens les plus influents désignés par le London Evening Standard.

Citations de Helen Fielding

« Si seulement on avait un cerveau lavable. Incroyable le nombre de fois où j’ai eu envie de me décalotter le crâne, comme on décalotte un œuf, pour sortir mon cerveau et le rincer sous le robinet comme une éponge sale. » (Cause Celeb)

« Le bonheur ce n’est ni l’amour, ni la richesse, ni le pouvoir. Le bonheur, c’est la poursuite d’objectifs réalisables : un régime, qu’est-ce d’autre ? » (Le Journal de Bridget Jones)

« Mes meilleurs vœux d’obésité à tous les deux. » Le Journal de Bridget Jones
« Ça va beaucoup mieux. J’ai compris que la solution est d’oublier mes problèmes personnels et d’aider les autres. » (Bridget Jones : L’Âge de raison)

« Mes bras et mes jambes sont restés les mêmes, mais le haut de mon corps ressemble à un grand volatile avec un gros bourrelet de graisse au milieu, si bien qu’avec des vêtements, on dirait qu’il est prêt à être servi à Noël. » (Bridget Jones : Folle de lui)

« Il suffit parfois qu’un événement vraiment grave se produise pour vous faire apprécier la chance que vous avez. » (Bridget Jones : Folle de lui)

« Il y a un élément tragi-comique dans mon écriture, le happy end est là où vous choisissez de finir le livre. La vie, avec tous ses rebondissements, continue après ça. » (Interview accordée au magazine Vogue)