Paul Eluard

Biographie de Paul Eluard

Paul Éluard, né Eugène Paul Grindel, est un poète français de la première moitié du XXe siècle. Né le 14 décembre 1895 à Saint-Denis, il deviendra l'une des figures emblématiques du mouvement surréaliste français. C'est vers 1908 que sa famille s'installe à Paris. Paul Eluard fréquente alors l'école supérieure Colbert et obtient son brevet en 1912. Malheureusement, il est contraint d'arrêter ses études peu après, étant gravement atteint de la tuberculose. Hospitalisé au sanatorium de Clavadel, il y fait la rencontre d'une certaine Helena Diakonova, surnommée Gala, qui deviendra son épouse en décembre 1916, avant de devenir celle de Salvador Dali.

Après quelques années passées auprès des dadaïstes, il rencontre André Breton (1896 1966) et rejoint les surréalistes. Il en devient vite l'ambassadeur et voyage partout en Europe. Il quitte finalement les surréalistes en 1938. Auteur engagé, il adhère au parti communiste jusqu’à son exclusion en 1933 et soutient les mouvements révolutionnaires. Pendant l’occupation, il s’engage dans la résistance ; après la libération, il milite activement en faveur de la paix.
Son oeuvre célèbre l’amour, qu’il propose comme force révolutionnaire, et vise à renouveler le langage poétique. Il a souvent mis sa poésie au service de son engagement politique, notamment pendant l’occupation allemande du territoire français. Ses poèmes s'inspirent principalement d'évènements socio-politiques.

Il meurt d'une crise cardiaque le 18 novembre 1952 chez lui, à Charenton-le-Pont. Il est inhumé le 22 novembre suivant au cimetière du Père-Lachaise.

Afin de lui rendre hommage, la Société des poètes français a créé le prix Paul Eluard.

Citations de Paul Eluard

  • « Il nous faut peu de mots pour exprimer l'essentiel. » (Avenir de la poésie)
  • « Adieu tristesse
    Bonjour tristesse
    Tu n'es pas tout à fait la misère
    Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent
    Par un sourire. » (Bonjour Tristesse)
  • « Sur cette étoile de gazon c'est elle
    C'est elle dans cette maison déserte
    C'est elle dans cette rue sombre
    C'est elle sur ce monument
    C'est elle parmi ces sauvages
    C'est elle sur ce sein mendiant
    C'est elle dans la neige là
    Toujours derrière un mur
    Comme au fond d'un ravin. » (« C'est elle », Les Mains libres)
  • « Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur, et rien d'autre. » (Le Château des pauvres)
  • « Je n'aime pas mes rêves mais je les raconte
    Et j'aime ceux des autres quand on me les montre. » (Les Mains libres)