Homère

Biographie de Homère

Très peu de choses sont connues à propos d’Homère.

À cause de ce manque d’informations, de nombreux spécialistes se sont interrogés sur la réalité de son existence. Dès lors, en voulant parler de la vie d’Homère, on se retrouve face à deux points de vue : celui qui considère qu’Homère a existé – on le présente alors comme un aède, c’est-à-dire un poète qui racontait des histoires, ayant vécu entre le VIII et le VIIe siècle avant Jésus-Christ et auteur de l’Iliade et de l’Odyssée –, et celui qui considère qu’il n’a pas existé et que le nom d’Homère ne serait qu’une appellation pour désigner un groupe d’aèdes qui aurait composé les deux œuvres qui lui sont attribuées. À l’heure actuelle, ce débat n’a toujours pas trouvé d’issue, chaque camp disposant l’un et l’autre d’arguments valables.

Quoi qu’il en soit, les poèmes épiques de l’Odyssée et de l’Iliade sont tous deux considérés comme des textes fondateurs de la littérature de la Grèce antique et marquent de ce fait plus largement la culture européenne occidentale. Actuellement, puisqu’il s’agit des traces les plus anciennes que nous possédions de cette civilisation, ces récits continuent d’être enseignés aux enfants dès leur plus jeune âge.

Citations de Homère

  • « Ô Muse, conte-moi l’aventure de l’Inventif :
    Celui qui pilla Troie, qui pendant des années erra,
    Voyant beaucoup de villes, découvrant beaucoup d’usages,
    Souffrant beaucoup d’angoisses dans son âme sur la mer
    Pour défendre sa vie et le retour de ses marins. » (L’Odyssée)
  • « Il vous faudra d’abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d’un rivage tout blanchi d’ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t’arrêter ! » (L’Odyssée)
  • « Car le divin Ulysse en cette terre n’est pas mort
    il est encore vivant, mais captif de la vaste mer,
    dans une île des eaux, des brutes l’ont entre leurs mains,
    des sauvages contre son gré qui le retiennent.
    Écoute donc la prédiction qu’on inspirée
    à mon âme les dieux, et qui, je crois, s’avèrera,
    bien que je ne sois point prophète ou devin des oiseaux :
    Ulysse ne restera plus longtemps loin du domaine
    de ses pères, fût-il lié par des chaînes de fer :
    habile comme il est, il saura bien nous revenir. » (L’Odyssée)
  • « Chante, ô déesse, le courroux du Péléide Achille,
    Courroux fatal qui causa mille maux aux Achéens
    Et fit descendre chez Hadès tant d’âmes valeureuses
    De héros, dont les corps servirent de pâture aux chiens
    Et aux oiseaux sans nombre : ainsi Zeus l’avait-il voulu. » (Iliade)
  • « Comme l’étoile qui s’avance, entourée des autres étoiles, au plein cœur de la nuit, comme l’Étoile du soir, la plus belle qui ait sa place au firmament, ainsi luit la pique acérée qu’Achille brandit dans sa droite, méditant la perte du divin Hector et cherchant des yeux, sur sa belle chair, où elle offrira le moins de résistance. » (Iliade)
Voir une image de l'auteur