Cervantès

Biographie de Cervantès

Miguel de Cervantès Saavedra est né le 29 septembre 1547 en Espagne, probablement à Alcalá de Henares. Son enfance reste largement incertaine compte tenu du peu de traces historiques qui ont perduré. Troisième enfant d’une famille de cinq, il est scolarisé dans un collège jésuite et suit peut-être quelques cours universitaires plus tard. Il s’installe en 1566 à Madrid où il prend gout au théâtre.

En 1569, il quitte l’Espagne pour Rome, probablement suite à une ordonnance du roi qui souhaitait l’arrêter. Il y développe son intérêt pour la littérature et les arts, bien qu’il rêve toujours de faire carrière dans la fonction militaire. Il s’engage alors dans une compagnie de soldats en 1570 pour quatre ans avec qui il parcoure l’Italie. Il combat notamment dans la fameuse bataille de Lépante le 7 octobre 1571. Blessé à la main gauche, qui restera invalide jusqu’à la fin de sa vie, il est surnommé « le manchot de Lépante ». Il témoignera de la plupart de ses batailles dans ses futurs écrits.

En 1575, alors qu’il navigue pour retourner en Espagne, le bateau dans lequel il se trouve est attaqué par des Turcs et il est fait prisonnier à Alger. Pendant les cinq ans de sa détention, il tente quatre fois de s’échapper, toujours sans succès. Il est finalement libéré en 1580 grâce au paiement de sa rançon (on ignore exactement qui l’a payée) et retourne auprès de sa famille à Madrid. C’est à ce moment qu’il commence à coucher sur papier quelques récits, tels que Le Siège de Numance (imprimée pour la première fois en 1784) et La Galatée (1584).

Bien qu’il se marie en 1584, il retourne sur les routes entre l’Espagne et l’Andalousie, où il est à nouveau emprisonné. C’est probablement lors de son incarcération à Séville qu’il a eu l’idée de son ouvrage le plus connu, Don Quichotte. Après encore quelques mésaventures, la première partie de L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche est publié en 1604 et connait un incroyable succès. De retour en Espagne, il fait paraitre plusieurs de ses ouvrages tels que Nouvelles exemplaires (1613), Voyage au Parnasse (1614), Huit comédies et huit intermèdes (1615) et la seconde partie de Don Quichotte (1615). Miguel de Cervantès Saavedra décède le 23 avril 1616.

Miguel de Cervantès Saavedra a contribué d’une manière importante à la littérature espagnole et plus largement mondiale avec son roman Don Quichotte, qui marqua le début du roman moderne. Si sa vie est marquée par une malchance répétitive avec ses incarcérations à répétition, l’écrivain a offert une œuvre riche d’autobiographies et de fictions, permettant de retracer une partie de sa vie, de peindre l’histoire des régions de l’époque et d’influencer les futures générations qui s’inspirèrent grandement de ses écrits. Romancier, poète, dramaturge et autobiographe, il est encore aujourd’hui considéré comme l’auteur le plus important de la littérature hispanique.

Citations de Cervantès

« N'est-ce point une chose avérée que, lorsque le malheur nous vient d'une fatale étoile, comme il se précipite de haut en bas avec une irrésistible violence, il n'y a nulle force sur la terre qui puisse l’arrêter, nulle prudence humaine qui puisse le prévenir ? » (Don Quichotte)

« Il se persuada qu’il ne lui manquait plus rien, sinon de chercher une dame de qui tomber amoureux. » (Don Quichotte)

« Don Quichotte ne dormit point de toute la nuit, pensant en sa dame Dulcinée, afin de s'accommoder à ce qu'il avait lu en ses livres, quand les chevaliers passaient plusieurs nuits sans dormir, parmi les forêts et déserts, s'entretenant avec la souvenance de leurs maîtresses. » (Don Quichotte)

« Le malheureux s’imagina qu’il était tout de verre, et, lorsque quelqu’un s’approchait de lui, il poussait des cris effroyables, suppliant […] qu’on ne l’approchât point pour ne pas le briser, jurant que réellement […] il était tout de verre, des pieds à la tête. » (Nouvelles exemplaires)

« Précieuse fut élevée en divers lieux de la Castille, et quand elle eut quinze ans son aïeule putative la ramena à la capitale et à son ancien campement... » (La Petite Gitane)

Voir une image de l'auteur