Malala Yousafzai

Biographie de Malala Yousafzai

Malala Yousafzai est née le 12 juillet 1997 à Mingora au Pakistan. Cette jeune Pakistanaise ne dédie pas sa vie aux livres, mais bien à l’éducation pour tous et au rétablissement de la situation politique dans son pays qui se trouve sous le joug des talibans depuis 2001.

Dans son autobiographie qu’elle écrit en 2013, Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans, Malala raconte son enfance passée dans la région du Swat et son militantisme. Issue d’une famille modeste, elle grandit dans un foyer chaleureux où la mère est femme au foyer et où le père a dépensé tout son argent pour construire une école. Alors que la majorité des enfants travaillent pour aider leurs parents, la petite fille à la chance d’être scolarisée. Désireuse que son père soit fier d’elle, elle s’efforce d’être toujours la première de classe.

En 2009, Malala commence à tenir un blog pour la chaine britannique BBC dans lequel elle témoigne de son quotidien de jeune écolière pakistanaise et des violences commises par les talibans qui ont pris le contrôle de son district. Si suite aux conditions climatiques ou aux menaces extrémistes l’école est arrêtée, la jeune fille et ses amies tentent de poursuivre les cours d’une manière ou d’une autre.

Se sentant fort investie d’une mission et dans le but de suivre les pas de son père qui lui aussi est connu pour ses prises de position antitalibans, elle commence à tenir des discours dans des écoles de sa région pour dénoncer la situation, puis se retrouve invitée à déclamer dans d’autres lieux publics du pays ou auprès de politiciens. Devenue une véritable figure médiatique au Paksitan, elle est prise pour cible dans un attentat contre sa personne en octobre 2012. Alors qu’elle se trouve dans le bus scolaire, deux talibans lui tirent dessus, la touchant à la tête. C’est suite à ce tragique évènement que Malala devient connue dans le monde entier, faisant ainsi connaitre en même temps la situation du Pakistan. Compte tenu de son état grave, la jeune fille est transférée après de multiples opérations dans divers hôpitaux à Birmingham en Angleterre pour obtenir les meilleurs soins possibles. Après plusieurs mois de revalidation, elle quitte officiellement l’hôpital Queen Elizabeth en janvier 2013.

Depuis, Malala a tenu un discours devant l’ONU en 2013 et continue sa scolarisation tranquillement au Royaume-Uni où elle vit depuis lors avec toute sa famille. Désormais connue et soutenue par le monde entier, la jeune fille est récompensée par plusieurs prix pour son combat ardu. Elle est notamment lauréate du prix de l’Ambassadeur de la conscience délivré par Amnesty International en septembre 2013, le prix Sakharov du Parlement européen en novembre 2013 et le prestigieux prix Nobel de la paix en octobre 2014. Si Malala incarne dans les pays occidentaux une véritable icône saluée pour la force et le courage dont elle fait preuve, elle est cependant peu appréciée de certains Pakistanais. En effet, ceux-ci la pensent instrumentalisée par les Occidentaux, car elle ne remet pas en question les politiques étrangères et qu’elle vit désormais dans le confort loin des réalités du peuple pakistanais.

Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans est sorti simultanément dans 21 pays, permettant ainsi de faire connaitre la dramatique histoire de cette jeune militante pakistanaise. S’adressant au grand public, cette œuvre, coécrite avec la journaliste britannique Christina Lamb, explique également les évènements marquants qui soulevèrent le nord du Pakistan, certaines interprétations du Coran et les us et coutumes de la région.

Citations de Malala Yousafzai

« Devant le bureau de mon père était accrochée une copie d’une lettre écrite par Abraham Lincoln au professeur de son fils, traduite en pachto. C’est une très belle lettre remplie de sages conseils. "Enseignez-lui, si vous pouvez, les merveilles des livres… Mais laissez-lui un peu de temps libre pour considérer le mystère éternel des oiseaux dans le ciel, des abeilles au soleil, et des fleurs au flanc d’un coteau vert. À l’école, enseignez-lui qu’il est bien plus honorable d’échouer que de tricher." » (Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans)

« Je sais que c'est un combat d'envergure : sur la planète, il y a 57 millions d'enfants qui ne sont pas scolarisés, dont 32 millions de filles. » (Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans)

« Un enseignant, un livre, un stylo, peuvent changer le monde » (Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans)

« Le terrorisme c’est la peur tout autour de soi. C’est aller se coucher le soir sans savoir quelles horreurs le lendemain matin apportera. […] C’est descendre sa propre rue sans savoir à qui on peut faire confiance. Le terrorisme, c’est la crainte, quand votre père passe la porte pour sortir le matin, de ne pas le voir revenir le soir… » (Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans)

« Aucune lutte ne peut aboutir sans que les femmes y participent aux côtés des hommes. Il y a deux pouvoirs dans le monde. L’un celui de l’épée, l’autre celui de la plume. Il en existe un troisième plus fort encore que les deux premiers : celui des femmes. » (Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans)

Voir une image de l'auteur