Franck Thilliez

Biographie de Franck Thilliez

Franck Thilliez est né le 15 octobre 1973 à Annecy, dans la région Rhône-Alpes. Il est un ingénieur informaticien en nouvelles technologies de formation et se passionne rapidement pour le cinéma.
Il ne commence la rédaction romanesque qu’à partir de 2002 ; il utilise sa passion des sciences dans ses récits et effectue de nombreuses recherches dans ce domaine pour étoffer la matière de ses romans. Franck Thilliez publie son premier roman en 2003 : Train d’enfer pour Ange rouge. Il y présente le personnage de Franck Sharko, un lieutenant de police qui reviendra dans de nombreuses autres œuvres de l’écrivain (et qui sera rapidement rejoint, dès le deuxième roman de Thilliez, par le personnage de Lucie Hennebelle).

Son deuxième roman, La Chambre des morts, parait en 2005 et remporte un très grand succès, à la fois public et critique. Il est récompensé par le prix des lecteurs Quai du Polar et le prix SNCF du polar français en 2006. Dès l’année suivante, il est adapté pour les salles obscures par le réalisateur Alfred Lot. Connaissant le succès dès la parution de ce second ouvrage, Franck Thilliez abandonne alors définitivement sa fonction d’informaticien pour se consacrer pleinement à l’écriture (il combinait jusque-là les deux activités). S’enchainent alors les publications, avec un rythme d’un roman par an environ. Citons par exemple Le Syndrome E (2010), Atomka (2012) ou encore Pandemia (2015). En 2014, il publie son roman Angor, un thriller qui reçoit le prix Étoiles du Parisien-Aujourd’hui en France pour le meilleur polar.

Franck Thilliez se consacre également à l’écriture scénaristique. Par exemple, avec le scénariste et réalisateur français Nicolas Tackian, il participe à l’écriture des dialogues du téléfilm de Pierre Isoard, Alex Hugo, la mort et la belle vie, diffusé en 2014 sur la chaine télévisée française France 2.

Il fait partie du collectif de La Ligue de l’Imaginaire, il est reconnu comme l’un des piliers du genre du polar français et vit actuellement à Béthune, dans le Pas-de-Calais.

Citations de Franck Thilliez

« On dit qu’en additionnant une infinité d’événements qui découlent les uns des autres, un vol de papillon au Japon peut déclencher un cyclone aux États-Unis. » (La Chambre des morts)

« Cette fille, ce n’était pas une case qui lui manquait, c’était l’échiquier complet. » (La Forêt des ombres)

« Les mômes existent pour nous rappeler que les priorités ne sont pas toujours celles qu’on croit. Même si c’est parfois difficile, ils remettent de l’ordre dans nos existences. » (Le Syndrome E)

« Certes, un rêve de beignet, c’est un rêve, pas un beignet. Mais un rêve de voyage, c’est déjà un voyage. » (Vertige)

« On ne se remet jamais de la disparition des êtres chers, on vit juste sans eux en espérant combler les vides. » (Atomka)

« C’est sur les champs de bataille dévastés qu’éclosent les plus belles fleurs… Il faut garder espoir en notre monde. » (Angor)

« Elle songea bien malgré elle à une vieille blague belge : "Monsieur, vous avez une grave maladie et il vous reste deux mois à vivre…" Et l’autre de répondre : "Dans ce cas, je choisis juillet et août". » (Angor)