Charles Dickens

Biographie de Charles Dickens

Charles John Huffam Dickens est considéré comme le plus grand romancier de la littérature victorienne. Dès ses premiers écrits, il connait une forte popularité qui ne cesse de grandir au fil de ses publications. Né à Landport, le 7 février 1812 près de Portsmouth, dans le Hampshire, Charles Dickens est le second d’une fratrie de huit enfants. Sa famille peu fortunée est obligée de déménager à Londres suite à la mutation du père. Cependant, deux ans plus tard, en avril 1817, une nouvelle affectation envoie la famille à l'arsenal de la Medway à Chatham dans le Kent. Elle emménage alors dans une demeure confortable, avec deux domestiques.

Durant son enfance, Charles fréquente l’école du dimanche avec sa sœur Fanny dont il est très proche et s’intéresse à la lecture avec les romans de Henry Fielding, Daniel Defoe et Oliver Goldsmith qui resteront ses maitres. Il commence également à écrire quelques saynètes qu’il joue dans la cuisine de la maison.

Malheureusement cette vie heureuse et insouciante s'interrompt lorsque le père est de nouveau muté à Londres avec une réduction de salaire. Toute la famille retourne alors s’installer dans la capitale. Celle-ci connait de grosses difficultés financières et Charles, seulement âgé de 12 ans, doit arrêter l’école pour aider sa famille. Regrettant l’école, son embauche à la manufacture Warren où il colle des étiquettes sur des bouteilles de cirage dix heures par jour le marque profondément. Certains considèrent même cette expérience comme l’origine de son talent. Le 20 février 1824, son père est incarcéré pour dettes. Il reste trois mois en prison. Pendant ce temps, Charles continue de travailler dans l’usine jusqu’en mars 1825. Cet épisode le traumatise et inspirera ses romans David Copperfield (publication mensuelle de 1849 à 1850) et Les Grandes Espérances (publication hebdomadaire de décembre 1860 à aout 1861).

Ses premières années influencent le reste de sa vie puisqu’il défendra de nombreuses causes telles que le droit des enfants – son célèbre ouvrage Oliver Twist met en scène un personnage principal âgé d'une dizaine d’années et ses livres placent souvent l’enfant au cœur du thème – l'éducation pour tous, la condition féminine et celle des prostituées. Son œuvre littéraire est particulièrement prolifique. Durant sa carrière, il écrit plusieurs romans universellement connus qu’il publie dans des journaux (Master Humphrey's Clock, Bentley's Miscellany) dont Les Aventures de Monsieur Pickwick et Barnaby Rudge, des centaines de nouvelles et d'articles portant sur des sujets littéraires ou de société, mais également des pièces de théâtre.

Il épouse Catherine Hogarth le 2 avril 1836 avec qui l’auteur a dix enfants. Le couple voyage souvent ensemble, en Grande-Bretagne, en Écosse, en Europe ainsi qu’aux États-Unis.

Charles Dickens est connu pour son réalisme, son esprit comique, son art de la caractérisation et sa satire des mœurs et des caractères, mais aussi pour son univers poétique. Ses œuvres ont presque toutes été publiées en feuilletons hebdomadaires ou mensuels. Si ce format peut s’avérer contraignant, il lui permet de voir la réaction du public, et de modifier l'intrigue et les personnages si nécessaire. Il fut est loué par de grands écrivains tels que Léon Tolstoï ou George Orwell  et l’ensemble de son œuvre est reconnue internationalement. Dickens a été traduit dans de nombreuses langues, ses ouvrages sont régulièrement réédités et adaptés au théâtre, au cinéma, au music-hall, à la radio et à la télévision. Il meurt à Gad's Hill Place, Higham, Kent, le 9 juin 1870 à l’âge de 58 ans.

Citations de Charles Dickens

« Dieu sait que nous n'avons jamais à rougir de nos larmes, car elles sont comme une pluie sur la poussière aveuglante de la terre qui recouvre nos cœurs endurcis. » (Les Grandes Espérances)

« Les hommes qui sont entièrement perfides et superficiels essaient rarement de dissimuler ces vices à leurs propres yeux ; pourtant, au moment même où ils les avouent, ils prétendent posséder les vertus qu'ils feignent de mépriser le plus. "Car, disent-ils, c'est cela l'honnêteté, c'est cela la sincérité. Toute l'humanité est comme nous, mais les gens n'ont pas la franchise de l'avouer." » (Barnaby Rudge)

« Ce n’était pas très consolant pour l’enfant ; mais, tout jeune qu’il était, il eut assez de sens pour feindre un grand chagrin de s’en aller : il n’était pas difficile au pauvre enfant de verser des larmes ; la faim et les coups fraîchement reçus sont très utiles quand on a besoin de pleurer ; et Olivier se mit à pleurer de la manière la plus naturelle. » (Oliver Twist)

« Il était trop bien habitué à souffrir, il avait trop souffert là où il était, pour déplorer très vivement la perspective d'un changement. » (Oliver Twist)

« Ne remettez jamais au demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui. La temporisation est un vol fait à la vie. Prenez l'occasion par les cheveux. » (David Copperfield)

« La maison d'un Anglais est son château, et les châteaux ne doivent pas être forcés, excepté en temps de guerre. » (Les Grandes Espérances)

Voir une image de l'auteur