L'auteur du mois : J. R. R. Tolkien

dans Auteurs, publié le 05/12/2013

À l’occasion de la sortie du second opus du Hobbit dans nos salles obscures, LePetitLittéraire vous offre un portrait de l’auteur du "Seigneur des Anneaux" vraiment très … précieux.

J. R. R. Tolkien (1892 – 1973) était un expert en littérature et mythologie nordiques, ce qui explique en partie la construction extrêmement rigoureuse du monde secondaire qu’il a créé : La Terre du Milieu.

Sa carrière universitaire

À partir de 1925, J. R. R. Tolkien est professeur à l’Université d’Oxford, il enseigne tour à tour le vieil anglais et la littérature. Il y défend l’apprentissage des langues « apprendre les langues prend énormément de temps, et il en est de même pour toutes les choses que l’on veut connaître. » (The lost road). La conférence qu’il donne sur le poème anglo-saxon Beowulf en 1936 fait date. De même, son essai Du conte de fées, publié en 1939, constitue un ouvrage de référence pour ceux qui souhaitent appréhender ce genre littéraire.

L’Univers de la Terre du Milieu

J.R.R. Tolkien aurait commencé à écrire très tôt, en 1910. Il invente des langues et bâtit toute une mythologie grâce à son expertise des langues anciennes et des récits légendaires. Il crée un univers qu’il baptise « Terre du Milieu », celui-ci est peuplé par des « races » : les hommes, les elfes, les nains et les hobbits. Les langues, en particulier le parler elfique, constituent l’un des points les plus travaillés et les plus développés par ce philologue réputé.

Tolkien progresse donc dans la création de ce monde secondaire, il rédige des poèmes et des récits isolés mais entreprend bientôt l’écriture d’une œuvre plus conséquente et plus cohérente. Il est encouragé notamment par son ami C.S. Lewis, auteur de la série Le Monde de Narnia Le Hobbit ― que l’auteur avait commencé à écrire pour ses quatre enfants ― est publié en 1937 et fait de Tolkien un auteur pour la jeunesse estimé. Par ailleurs, entre 1920 et 1943, les enfants de l’auteur ont reçu de nombreuses lettres de leur père se faisant passer pour le Père Noël. Ces lettres ont fait l’objet d’un recueil publié aux Éditions Christian Bourgois intitulé Lettres du Père Noël.

Le Seigneur des Anneaux, fruit d’un travail de plus de dix ans, est publié en 3 parties de 1954 et 1955. Le récit constitue une suite du Hobbit mais le ton est plus sombre. Bien que le Seigneur des Anneaux soit le résultat d’un travail de longue haleine, Tolkien ne perd en rien son souffle épique. L’auteur continuera à travailler sur sa mythologie jusqu’à sa mort et il laisse, parmi d’autres manuscrits, une œuvre inachevée de grande ampleur : Le Silmarillion. Il s’agit d’un recueil de légendes des premiers âges de la Terre du Milieu publié en 1977 à titre posthume.

Un renouveau pour la fantasy

Tolkien était loin d’être le premier auteur de fantasy mais l’engouement était tel à la sortie du Seigneur des Anneaux que l’on peut parler de renouveau du genre. Tolkien reçut de nombreuses lettres de lecteurs, ce qui n’était pas totalement pour lui déplaire : « même le nez d’une idole très modeste […] ne peut demeurer totalement insensible aux chatouillements de la douce odeur de l’encens » (Lettre de 1972).

Tolkien meurt le 2 septembre 1973 à l’âge de 81 ans. Sur sa tombe on retrouve l’inscription « Beren ». Deux ans plus tôt, l’auteur avait fait graver « Lúthien » sur la pierre tombale de sa femme Edith. Ces noms font référence à des personnages du Premier Âge de la Terre du Milieu, leur histoire est évoquée par Aragorn dans Le Seigneur des Anneaux : un homme, Beren de la maison de Bëor, tombe amoureux de l’elfe Lúthien…